Comment le Liban peut-il se distancier de l’Arabie Saoudite ?
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Institutions #Politique #LIBAN
Juli Choquet
mercredi 28 février 2018 Dernière mise à jour le Mercredi 28 Février 2018 à 09:45

Depuis l’épisode de la « démission » du premier ministre Libanais Saad Hariri, la question est centrale pour l’avenir du pays. Décryptage des options dont dispose le Liban.

Le prince Mohammed Ben Salmane Al Saoud : “MBS”. 

Saad Hariri en visite au Royaume Saoudien aujourd’hui et demain le sait bien : si il est essentiel de garder des liens notamment économiques entre le Liban et l’Arabie Saoudite, le champ politique de son pays ne doit pas reproduire les mêmes scénari du passé. Ingérence, instrumentalisation du conflit entre sunnites et chiites, intrusion dans les affaires publiques… Comment éviter que le conflit entre l’Arabie Saoudite et l’Iran ne s’exporte au Liban ?

Michel Aoun plutôt proche du Hezbollah (lui même proche du régime Iranien) l’a très vite compris en nommant Saad Hariri un partisan des relations Saoudiennes. Les deux hommes qu’en théorie tout oppose ont la difficile charge de jouer les équilibristes face aux deux puissances voisines.

Le premier ministre rencontrera demain sa majesté « MBS » (Mohammed Ben Salmane Al Saoud) pour discuter de l’aide que pourra fournir à l’avenir la monarchie au pays du Cèdre, l’alignement du Liban sur l’échiquier régional. Sur la forme, certains observateurs parlent de retour de la diplomatie Saoudienne, avec la visite il y a quelques jours au Liban de l’émissaire Saoudien conseiller au sein du cabinet royal Nizar Alaoula.

En réalité, le pays du Cèdre ne dispose que de peu d’options diplomatiques pour équilibrer ses relations. Dans la mesure où la communauté internationale est loin de normaliser ses relations avec l’Iran, le Liban ne peut en tout état de cause miser sur ce voisin encombrant.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *