Algérie : Constantine la ville suspendue au-dessus du temps
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #CultureSport #Economie #Emploi #EnDirectDe #Institutions #ALGERIE
Sami Bouzid
jeudi 8 mars 2018 Dernière mise à jour le Jeudi 8 Mars 2018 à 13:31

Dans son classement des villes « hors radars » à visiter, USA Today classe Constantine dans les dix lieux du monde à voir en 2018. Rien d’étonnant, pour ceux qui la connaissent Qsantina (nom arabe) est un joyau.

Le pont suspendu de Sidi M’Cid a été construit en 1912

“Entre le ciel et la terre, tu as tes ponts de pierre, sur tes abîmes, Constantine”  chantait Enrico Macias en 1984. Un hommage à celle qu’on appelle « la ville des ponts suspendus » et qui depuis des siècles fascine. La ville du nord-est du pays est le chef-lieu de la Wilaya du même nom, mais à travers l’histoire elle aura occuper plusieurs rôles. 

Les origines de sa fondation remontent à -202 avant Jésus-Christ, autrefois la ville phénicienne s’appelait Cirta. La ville est même la capitale du Royaume de la Numidie lors du règne de Massinissa au III siècle avant notre ère. 

Alliée de Rome à ce moment là, elle sera entièrement détruite cinq siècles plus tard en l’an 301, lors de la guerre entre l’empereur romain Maxence et le gouverneur Domitius Alexander. Sa reconstruction quelques années plus tard par l’empereur Constantin 1er sera le moment où « la ville des aigles » commencera à porter le nom qui restera le sien depuis 17 siècles. 

Son nom arabe, Qsantina, lui sera donné au moment de l’invasion arabe du VIIème siècle. 

L’histoire est l’une des raisons pour visiter Constantine. Un mélange de cultures laissé par les empreintes romaines, berbères, arabes, ou encore française. Résistante, Qsantina mettra plus de sept ans à tomber aux mains des forces coloniales françaises en 1837. 

Forte de son caractère, elle est à l’image des roches qui l’entourent, mais pas seulement. Les ponts entre les cultures qu’elle crée se dessine dans celle qui est coupée en deux par un ravin où coule l’oued Rhummel. Quatre ponts relient les deux parties de la ville, et offrent des vues remarquables. 

Le pont suspendu de Sidi M’Cid construit en 1912 est un incontournable, suspendu à 175 mètres de hauteur, il offre une incroyable vue sur les gorges et la vallée de Hamma. Fascinante, aussi, Constantine l’est par la culture. « ville des oulémas », on y retrouve la Mosquée Emir Abdelkader, qui abrite l’Université des Sciences islamiques. Un joyau architectural de l’art arabo-andalou.

D’autres l’appellent la « ville du maalouf » variante constantinoise de la musique arabo-andalouse dont Mohamed Tahar Fergani se fera le porte-étendard durant des décennies. 

Que ce soit par son Histoire, sa musique, son architecture, ou sa géographie elle ne laisse personne indifférent “Tu ne peux pas échapper aux bras de tes ravines, je pense à toi plus fort Constantine” . 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Algérie :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *