Maroc : le budget prévu pour la coupe du monde 2026 équivaut à 4 % du PIB
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #MAROC
Kheireddine Batache
mardi 20 mars 2018 Dernière mise à jour le Mardi 20 Mars 2018 à 13:27

Dans le cas du succès de la candidature pour l’organisation de la coupe du monde 2026, le Maroc devra débourser la coquette somme de 15,8 milliards de dollars, comprenant, entre autres, les frais des installations sportives et des infrastructures d’accueil.

Le Maroc, candidat à l’organisation de la coupe du monde 2026, apprend à ses dépends la dure réalité budgétaire liée au financement de ce genre de manifestations internationales. En effet, le président du comité de candidature du Maroc, Moulay Hafid Elalamy, a présenté le 17 mars dernier les chiffres concernant le dossier qui sera remis à la Fédération Internationale de Football (FIFA).

Le montant dont le Royaume devra s’acquitter pour mener à bien sa mission représente environ 4,4 % du produit Intérieur brut (PIB). Ce budget devra servir prioritairement au développement du transport, de l’hébergement, de la santé et des infrastructures d’accueil. La bonne nouvelle, c’est que le secteur touristique bénéficiera de la création de 30 000 chambres d’hôtel supplémentaires dans les villes qui accueilleront des matchs. Le coût prévu pour cette opération sera de l’ordre de 3,2  milliards de dollars.

Indépendamment des projets de construction ou de rénovation des stades (Marrakech, Fès, Rabat, Agadir, Tanger, Casablanca), il sera question de la mise à niveau de l’offre hospitalière dans 20 villes à travers  le territoire national, ainsi que le développement d’infrastructures routières et ferroviaires.

A noter que la majeure partie des coûts relatifs à ces projets est déjà budgétisée ou prévue dans les plans de l’état, qui ne devra s’acquitter que de 2 milliards de dollars supplémentaires pour compléter la mise de départ.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *