Le holding royal SNI change de nom et devient Al Mada
#Actualite #BuzzNews #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #MAROC
Ecomnews Med Redaction
jeudi 29 mars 2018 Dernière mise à jour le Jeudi 29 Mars 2018 à 15:24

Le holding détenu majoritairement par la famille royale change de nom et devient Al Mada a annoncé mercredi 28 mars le conseil d’administration via un communiqué. L’ex SNI confirme sa dimension internationale et son engagement panafricain.

Al Mada entend continuer à diversifier ses activités en Afrique

Positive Impact. C’est la signature choisie par le conseil d’administration pour accompagner le nouveau nom du holding royale. Il traduit une volonté du fonds d’investissement de produire un effet positif sur le long terme en Afrique.

Le nom aussi ne doit rien au hasard. Al Mada, littéralement Perspective en arabe, accentue un peu plus le souhait de la société portefeuille de se positionner dans les investissements africains. L’entité hérite d’ailleurs d’un ancrage dans 24 pays africains dans lesquels elle a investi ” 574 millions d’euros en 2017″ souligne le communiqué. 
Banque, assurance, construction ou encore les mines, l’ex SNI a diversifié ses investissements depuis déjà quelques années. 

En 2013, ses résultats hors Maroc représentaient 11% du total de son activité, ce chiffre est aujourd’hui estimé à 26% “le résultat est l’aboutissement du cap fixé depuis 2014 par les actionnaires, ayant eu pour objectif de moderniser la gouvernance et d’engager la transformation en fonds d’investissement panafricain à long terme “ complète le communiqué. 

Al Mada a engagé ces dernières années une transformation pour passer de société industrielle à société de portefeuille, cédant le contrôle de ses sociétés les plus développées. Son plan d’action concorde avec celui du gouvernement marocain dont la stratégie est de se tourner vers l’Afrique en s’appuyant sur les secteurs clé de son économie. 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc : 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *