Maroc : Les délais de paiement freinent la croissance
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #MAROC
Sami Bouzid
vendredi 6 avril 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 6 Avril 2018 à 07:32

Les acteurs économiques réunis lors d’une conférence à Casablanca mardi 3 avril ont regretté des délais de paiements beaucoup trop long. Une problématique à l’origine de mortalité de beaucoup d’entreprises, affirment les participants.

Les délais de paiement sont en moyenne de 9,9 mois.

À l’initiative du groupe Attjariwafa bank plusieurs acteurs publics et privés se sont réunis pour une conférence intitulé : « Écosystèmes Donneurs d’Ordres-Fournisseurs : des modèles pragmatiques face aux délais de paiement ». Pour l’ensemble d’entre eux, le constat est clair : “cette problématique continue d’entraver la bonne marche de l’économie marocaine particulièrement les TPE” a souligné Miriem Bensaleh Chaqroun la présidente de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) . 

Cette dernière regrette d’ailleurs le fait ” que les textes de loi existent, il suffit juste de les mettre en application”. 

De son côté, Mohamed el-Kettani, président-directeur général du Groupe Attijariwafa bank, a estimé que ce problème, est ” une préoccupation à l’échelle mondiale”. Pour lui, cela « pèse lourdement sur la trésorerie des entreprises notamment dans les pays du sud de la planète ». 

Selon Mohamed el Kettani, les entreprises présentant des délais de paiement courts favorisent tous les types d’investissement, aussi bien de remplacement que de productivité. Le patronat marocain a de son côté insisté sur la compétitivité des entreprises ” touchés dans leurs trésoreries, elles le sont dans leurs compétitivités “ a complété la présidente de la CGEM. 

Présent à la conférence, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie Numérique, Moulay Hafid Elalamy a reconnu la difficulté « du cadre légal à réguler et faire face efficacement à ce problème » . 
Ce dernier a d’ailleurs promis de ” se pencher sérieusement sur cette problématique qui concerne aussi bien l’État que les entreprises “. 

Les délais de paiement sont passés d’une moyenne de 6 mois en 2010 à 9,9 mois actuellement. Le royaume chérifien fait ainsi partie des pires élèves mondiaux en la matière avec la Chine et la Grande-Bretagne. 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Maroc :

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *