Au Maroc 14,5% des chômeurs ont un diplôme
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #Institutions #Politique #Recrutement #MAROC
Juli Choquet
lundi 7 mai 2018 Dernière mise à jour le Lundi 7 Mai 2018 à 14:51

C’est le résultat d’une enquête menée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) qui révèle la forte proportion de diplômés dans la population sans emploi du Maroc.

Le nombre de personnes en recherche d’emploi est passé du dernier trimestre 2017 au premier trimestre 2018 de 1,296 million à 1,272 million de personnes. Une baisse encourageante pour les autorités mais qui révèle aussi la fragilité des jeunes à s’insérer dans le marché de l’emploi. Ces derniers âgés de 15 à 24 ans connaissent une hausse de + 0,2 points alors que les adultes âgés de 35 à 44 ans connaissent eux une baisse de 0,8 points au niveau national.

L’enquête menée par le HCP révèle également que le taux de chômage chez les non-diplômés (personnes ne disposant d’aucun diplôme ni formation) serait de 4% alors que celui-ci serait de 14,5% chez les personnes disposant au minium d’un diplôme de niveau moyen.

Le taux de chômage parmi les actifs pouvant prouver d’un niveau de certification professionnel serait de 22,7%, de 25,4% pour ceux détenant un diplôme de niveau supérieur et de 27,8% pour les lauréats de facultés. Une mauvaise nouvelle donc pour les jeunes sortant des études qui ont du mal à trouver un emploi. La même source révèle que ces derniers auraient en majorité moins de 25 ans et vivraient plutôt dans les grandes villes.

Le plus surprenant tiens en ce que d’après l’étude du HCP, 1 chômeur sur 5 le soit devenu pour cause de licenciement. De plus un chômeur sur quatre aurait au Maroc un diplôme de niveau supérieur.

Mais que nos amis Marocain se rassure, il existe des secteurs clés de recrutement : le domaine de l’agriculture et de la pêche a crée 43 000 postes en 2017 et la tendance n’est pas prêtes de s’arrêter.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Maroc :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *