Le Maroc est-il en train de devenir un hub entre l’Afrique et l’UE ?
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Entreprises #Institutions #Politique #MAROC
Nour Ben M'Barek
vendredi 1 juin 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 1 Juin 2018 à 08:39

D’après un récent rapport du OCP Policy Center, la stratégie de faire du Royaume, une plateforme intermédiaire de type hub entre l’Afrique et l’Union Européenne est un pari gagnant. Analyse.

Dans un environnement en mutation, le Maroc renouvelle sa politique continentale en mettant en œuvre une nouvelle stratégie tenant compte des défis communs, de la formulation d’intérêts partagés dans un esprit gagnant-gagnant.

Dans une Afrique en mouvement, ambitieuse par ses ressources et la compétence de ses élites, le Royaume affirme sa volonté de contribuer au décollage du continent africain et à la redéfinition de relations plus équilibrées avec l’Europe.

Cela s’illustre par sa réintégration en janvier 2017 de l’Union Africaine (UA). Cette réintégration fait partie des réussites diplomatiques marocaines pour se poser en acteur incontournable des relations entre l’Afrique et l’Union européenne.

Le rôle du Maroc dans cette relation devient crucial à mesure que son influence dans des secteurs économiques importants grandit. Ainsi, le pays se retrouve leader dans le secteur des énergies renouvelables avec des politiques publiques en corrélation avec le secteur privé. Le Maroc a en effet l’ambition de passer à 42% d’énergies renouvelables d’ici 2020 et de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 32% d’ici 2030, ce qui est plus ambitieux que l’objectif européen

De la même manière, la récente création de la Joint-Venture entre l’OCP et l’ADNOC va propulser le Maroc au rang d’influenceur mondial dans le secteur des engrais, mais aussi du phosphate.

Les ambitions politiques se joignent aux efforts du milieu des affaires pour favoriser les partenariats du secteur privé entre l’Europe, le Maroc et l’Afrique subsaharienne. En ce sens, l’Espagne et le Maroc réfléchissent à l’ouverture d’un troisième câble d’interconnexion pour pouvoir répondre à la demande croissante en électricité du Royaume (+5%/an).

Du côté européen, le Maroc fait partie des nations privilégiées de l’UE et à ce titre, est un interlocuteur de premier choix. Avec la forte implantation des secteurs aéronautiques et automobiles sur le sol marocain, le pays devient naturellement la plateforme intermédiaire qui permet de desservir les marchés africains.

Enfin, entre 2004 et 2014, le Maroc a acquis un poids financier conséquent sur le continent africain. Les échanges commerciaux avec l’Afrique subsaharienne sont passés de 1 milliard de dollars à 4,4 milliards de dollars avec une augmentation significative des investissements marocains qui est devenu le deuxième investisseur du Continent

Cette analyse attire notre attention sur les conséquences socio-politiques que cette stratégie marocaine de devenir un hub afro-européen pourraient avoir sur le continent.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique du Maroc :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.