Le Liban interdit l’entrée des biscuits et détergents turcs
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Nour Ben Omar
lundi 4 juin 2018 Dernière mise à jour le Lundi 4 Juin 2018 à 12:56

Le pays du Cèdre a interdit l’importation des biscuits et détergents en provenance de Turquie, afin de protéger l’industrie libanaise, a annoncé Raëd Khoury, le ministre de l’économie libanaise, le mercredi 30 mai 2018.

Les détergents et biscuits turques risquent de disparaître des rayons au Liban, selon le Dailystar. 

En effet, « les prix compétitifs de ces produits, en raison de la dévaluation de la livre turque, affectent l’industrie libanaise produisant des produits similaires » a-t-il ajouté.

Néanmoins, le ministre a souligné qu’interdire l’entrée de ces deux produits n’aurait pas un impact majeur sur la balance commerciale, souligne la presse locale. En effet la Turquie occupe une position favorable, en exportant plus que le Liban.

La Turquie exporterait 6.5 fois plus de produits ou services par rapport au pays du Cèdre. Plus concrètement, les exportations turques vers le Liban représentent environ 670 millions d’euros, alors que les exportations libanaises vers la Turquie ne s’élèvent qu’à 103 millions d’euros !

Il a ajouté que la Turquie subventionne la plupart de ses industries, ce qui a entraîné un problème majeur pour le Liban et d’autres pays. 

Cette décision du gouvernement de mettre en place des mesures à visant à protéger l’industrie nationale fait suite au mécontentement exprimé par les industriels libanais. Ces derniers font face à de nombreuses difficultés, comme par exemple le prix élevé de de la main d’oeuvre, des matières premières ou encore de l’énergie.

Ils ont ainsi invité les gouvernements successifs à revoir les accords commerciaux avec la Syrie, l’Égypte, la Jordanie.

En outre, les industriels libanais reprochent à ces derniers de proposer des produits à prix bas, en vue de gagner des parts de marché. Ce phénomène est souvent rendu possible par les subventions à l’exportation pratiquées par les États.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *