Où en sont les négociations autour de Carthage II ?
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 6 juin 2018 Dernière mise à jour le Mercredi 6 Juin 2018 à 10:46

Suspendu par le Président Beji Caïd Essebsi, le dialogue autour de Carthage II devra reprendre après le retour en Tunisie de Rached Ghannouchi et Noureddine Tabboubi. Retour sur les détails.

Le Président Beji Caid Essebsi (à droite) et son Premier ministre Youssef Chahed

Suite à une réunion décisive qui s’est tenue le 28 mai dernier entre les différents signataires, le Pacte Carthage II s’est vu suspendu jusqu’à nouvel ordre par le Président de la République Beji Caïd Essebsi, sur fond de divergences concernant notamment le maintien de Youssef Chahed à la tête du gouvernement d’Union nationale.

Mais les discussions doivent reprendre après le retour des principaux protagonistes au pays. Les détails !

Les négociations décalées de quelques jours

Youssef Chahed, le chef du gouvernement d’union nationale, a présenté, le 5 juin, sa proposition de remaniement ministériel, à Beji Caïed Essebsi, mais ce dernier l’a rejetée en arguant que « les tractations autour du document de Carthage II allaient reprendre incessamment ».

Les négociations, qui devaient, dans un premier temps, débuter le 5 ou 6 juin, seront décalée de quelques jours, et pour cause. Les deux principaux protagonistes ne sont pas actuellement en Tunisie.

En effet, Rached Ghannouchi, Président d’Ennahdha, s’est rendu en Malaisie et Noureddine Tabboubi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du Travail, se trouve actuellement à Genève.

Après des divergences entre les signataires sur le sort du chef du gouvernement Youssef Chahed, Beji Cad Essebsi a déclaré que « tout a déjà été dit lors de la réunion de vendredi dernier, qui a duré pas moins de 3 heures. Mais vers la fin de la séance qui devait trancher, j’ai été surpris de voir certains parmi les signataires appeler à ne pas clôturer la réunion pour qu’elle soit reprise lundi (…) Donc, promesse dite, promesse tenue, nous sommes aujourd’hui là, s’il y a quelque chose de nouveau, je serai à l’écoute ».

Une volonté à poursuivre le dialogue

Rached Ghannouchi se serait entretenu avec Youssef Chahed, dimanche dernier, à Dar Edhiafa. Le parti a toutefois appelé les dirigeants à faire preuve de discrétion et éviter les déclarations médiatiques sur les positions des différents acteurs.

Le mouvement Ennahdha, un des principaux partis à appuyer le maintien du chef du gouvernement actuel, a également fait part de sa volonté à trouver des issues pour surmonter cette crise.

Son dirigeant, Abellatif Mekki, précise qu’il ne s’agit pas d’un changement de position mais d’une volonté à poursuivre le dialogue, et que cette situation ne peut se débloquer qu’avec la participation de chacun. Quant à Noureddine Tabboubi, il a martelé, dans un post publié sur la page officielle de l’organisation syndicale sur les réseaux sociaux, que la situation du pays exige d’être « franc et direct loin de toute complaisance et de tout favoritisme ». Affaire à suivre. 

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Tunisie :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *