Tunisie : Une nouvelle hausse des carburants imminente ?
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 13 juin 2018 Dernière mise à jour le Mercredi 13 Juin 2018 à 09:48

Selon une information relayée par l’agence de presse Reuters, reprenant des sources gouvernementales, le gouvernement Chahed comptait augmenter de 70 millimes le litre de carburant. Une information aussitôt démentie par le Ministre de l’Energie et des Mines, Khaled Kaddour. Qu’en est-il vraiment ?

La Tunisie misait sur un baril de pétrole à 54 dollars dans ses prévisions pour 2018

Si l’augmentation du prix des carburants venait à être confirmée, il s’agirait de la 3e enregistrée en moins de six mois. Rappelons qu’une première hausse a été mise en place au 1er janvier 2018, de 50 millimes, puis une suivante au 1er avril 2018, avec, là encore, une augmentation de 50 millimes.

Ces variations ont lieu dans le cadre du mécanisme d’ajustement périodique des prix de pétrole, adopté en 2016 et appliqué chaque trimestre après étude des prix des hydrocarbures, avec une baisse ou une hausse des prix.

La Tunisie avait prévisionné un prix du baril de pétrole à 54 dollars dans sa loi finance 2018, il est aujourd’hui à 80 dollars… Qualifiée de « fulgurante » par le Ministre, cette hausse va accaparer une part plus importante dans le budget pour la subvention destinée au carburant, avec un impact plus conséquent sur le budget de l’Etat.

Des augmentations inhérentes aux préconisations du FMI

La poursuite de la hausse du baril de pétrole indiquerait donc une nouvelle réévaluation du prix des carburants en juillet prochain, excepté si l’Etat s’engage à supporter la charge supplémentaire, avec toutes les conséquences qu’une telle décision peut induire.

Cette augmentation de 0,070 dinar le litre reste, néanmoins, inférieure au 0,100 dinar demandé par le FMI (Fonds Monétaire International). « Le FMI exige que l’augmentation pour l’ensemble 2018 soit d’environ 0,500 dinars, mais nous voulons que l’ajustement soit acceptable pour freiner l’inflation », indique pour sa part Taoufik Rahhi, ministre chargé des grandes réformes.

Le FMI  a appelé la Tunisie le 31 mai dernier à prendre des « mesures décisives », dans le but d’améliorer sa situation financière générale, avec comme suggestion la hausse trimestrielle des prix du carburant, l’augmentation des impôts, ou encore la diminution des augmentations salariales dans le secteur public.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Tunisie:

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *