L'Egypte annonce une hausse significative des prix des carburants
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Politique #EGYPTE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 20 juin 2018 Dernière mise à jour le Mercredi 20 Juin 2018 à 08:01

Les décisions impopulaires mais nécessaires se poursuivent au pays des Pharaons. L’augmentation des prix des carburants, tant redoutée par la population, a finalement été annoncée ce week-end par les autorités. Elle s’inscrit dans le contexte des réformes préconisées par le Fonds Monétaire International pour limiter les déficits publics du pays.

Cette hausse des prix des carburants, atteignant plus de 50 %, a été annoncée au journal officiel au lendemain du mois de ramadan. Elle s’inscrit dans le cadre d’une réforme visant à réduire la dette de l’Égypte, notamment en revoyant à la baisse les subventions étatiques.

Si cette nouvelle pilule passe mal, essentiellement parmi les classes sociales défavorisées et moyennes, pour Mohammad Maeit, ministre égyptien des Finances, cette décision est un mal « nécessaire pour préserver la stabilité de la situation financière », après la flambée des cours mondiaux du pétrole. Une déclaration corroborée par le ministre du Pétrole et des Ressources minières, M. Molla, qui considère, par ailleurs, qu’il faut « corriger le système des subventions aux produits pétroliers et ajuster les distorsions des prix ».

Ainsi, le prix du litre d’essence sans plomb 92, le plus utilisé en Egypte, augmente de 35 % (0,37 dollars), contre une augmentation de 50 % (0,30 dollars) pour le diesel. Les bonbonnes de gaz ne sont pas épargnées par cette flambée des prix. Le gaz destiné à une utilisation domestique a ainsi augmenté de 60 % (2,7 dollars), tandis que celui destiné aux professionnels a subi une hausse de 50 % (5,6 dollars).

Une flambée des prix qui n’est pas sans conséquences

Dans un communiqué publié par le cabinet du Premier ministre égyptien, Mostafa Madbouli, on apprend que les tarifs des trajets en taxi ou en voiture de transport avec chauffeur, comme Uber, ont subi une augmentation oscillant entre 10 et 20 %.

Par ailleurs, le gouvernement craint une mobilisation sociale face à l’inflation qui frappe le pays de plein fouet depuis environ deux ans. D’autant que, de l’avis de plusieurs experts, l’accord de prêt de 12 milliards de dollars conclu avec le FMI, conditionné par l’application d’un certain nombre réformes brutales, assène un coup dur au pouvoir d’achat des classes pauvres et moyennes. Mais les hausses des prix ne sont pas prêtes de s’arrêter en si bon chemin. Le gouvernement prévoit également des coupes dans les subventions de l’électricité, ce qui devrait conduire inéluctablement à une hausse des prix de 26,6 % en moyenne à partir du 1er juillet.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Egypte : 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *