Liban: A la découverte de la rue Hamra, véritable symbole de la vie beyrouthine
#Actualite #BonsPlans #BuzzNews #CultureSport #EchangesMediterraneens #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #LIBAN
Nour Ben Omar
jeudi 21 juin 2018 Dernière mise à jour le Jeudi 21 Juin 2018 à 12:49

Autrefois considéré comme les Champs Elysées libanais, la rue Hamra est le cœur trépidant d’un quartier cosmopolite de la capitale dont les rues cascadent frénétiquement vers le calme de la Méditerranée. Artère commerçante mais aussi quartier artistique et culturel, cette rue haute en couleurs est un pilier de la vie beyrouthine.

Dès dix heures le matin jusque très tard dans la nuit, piétons, passants, touristes et automobilistes sont happés par ce même flot de concert de klaxon, d’embouteillages, de commerces, hôtels et terrasses de café.

Les rues de Hamra brassent tout un monde !  Passage obligé des shoppeurs, employés, flâneurs ou étudiants elles restent aujourd’hui un défilé de boutiques, de centres commerciaux et de restaurants.

Au cours des années 60-70 du siècle dernier, Hamra est le haut lieu de l’activité intellectuelle libanaise et arabe.  Artistes, écrivains et intellectuels, pressent dans ses légendaires cafés et théâtres. Horse Shoe, Modca ou encore Wimpy ont ainsi des airs de certains cafés du Quartier latin. 

En 1975, les ravages de la guerre civile font tarir ce dynamisme bouillonnant.

Mais l’engagement d’artistes célèbres et moins connus redonnera vie à ce quartier. Troupes de théâtre, groupes de heavy métal, de musique arabe ou libanaise vous feront vibrer jusqu’au petit matin. C’est dans les rues Makdessi, Jeanne d’Arc et Bliss qu’il convient alors d’aller pour assister à un drag show ou participer à un débat politique !

Au milieu vie incessante, le panorama paradisiaque de l’Université Américaine de Beyrouth offre une vue imprenable sur la mer. C’est dans ce havre de paix fondé par un missionnaire américain en 1866 que continue à se former l’élite intellectuelle libanaise et moyen orientale.

A l’image des églises et des mosquées qui s’entrelacent, à l’influence anglo-saxone de l’AUB, la rue Hamra se nourrit de cette mosaïque culturelle et religieuse. Une mosaïque que Hamra vit depuis peu avec son nouveau marché bio. A souk el Tayeb, étals de fruits et légumes, stands alléchants de pâtisseries et plats maison prolongent cette formidable palette de couleurs qu’est Hamra !

American University of Beirut

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *