Assemblées annuelles 2018 de la BAD : Comment promouvoir l’industrialisation de l’Afrique ?
#Actualite #BuzzNews #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises
Nour Ben Omar
mardi 26 juin 2018 Dernière mise à jour le Mardi 26 Juin 2018 à 03:41

Les Assemblées annuelles 2018 de la BAD (Banque Africaine de développement) se sont déroulées du 21 au 25 mai 2018 en Corée du Sud à Busan. Près de de 3 000 participants et responsables étaient conviés pour échanger sur le développement industriel de l’Afrique.

Les 53e Assemblées annuelles de la BAD étaient l’occasion pour près de 3 000 participants et responsables de se réunir autour du thème « L’Afrique et la quatrième révolution industrielle : un tremplin pour sauter des étapes ? ». 

Constat : Ralentissement du secteur industriel 

L’objectif repose sur l’accélération de l’industrie du continent selon l’Économiste. En effet, la BAD indique que le secteur industriel africain ne génère qu’environ 600 euros de PIB par habitant en moyenne, soit 5 fois moins qu’en Asie de l’Est (environ 3 000 euros).

Ce constat pourrait notamment s’expliquer par une dépendance des économies africaines aux produits manufacturés, liée à une faible industrialisation du continent. D’autre part, la croissance économique reposerait essentiellement sur les exportations des ressources naturelles.  

Solution : Diversifier l’industrie

Le choix de la Corée Sud pour accueillir cet évènement n’est d’ailleurs pas lié au hasard. Ce pays à l’économie modeste dans les années 60, est à présent une puissance économique mondiale, grâce à la diversification de son industrie.

Ainsi, promouvoir l’industrialisation en Afrique représenterait une priorité. Pour faciliter ce processus, la BAD prévoit de « mobiliser 30 milliards d’euros d’investissements au profit du développement de ce secteur durant les dix prochaines années » explique Akinwumi A. Adesina, président du Groupe de la BAD.  

Dans cet esprit, un mémorandum d’entente pour renforcer l’industrialisation de l’Afrique a été signé par la BAD et l’ONUDI (Organisation des Nations unies pour le développement industriel), précise le journal.

Investir dans le capital humain

Par ailleurs, le président de la BAD a rappelé la nécessité de développer le capital humain, propice à l’innovation, la technologie, la recherche et le développement. Cette assemblée a alors été l’occasion pour de jeunes entrepreneurs Africains, de partager leur expérience.  

Rappelons que la BAD, créée en 1964, est une institution financière, dont l’objectif est de promouvoir le développement ainsi que le progrès social des États d’Afrique.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique en Méditerranée :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *