Diaspora : l’autre poumon de l’économie libanaise
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
jeudi 26 juillet 2018 Dernière mise à jour le Jeudi 26 Juillet 2018 à 10:11

Trois adjectifs définissent la diaspora libanaise : nombreuse, ancienne et dynamique. En Côte d’Ivoire par exemple, elle « tient » 40% de l’économie. « Tout comme vous devez être fidèles aux pays qui vous accueillent, vous devez également l’être envers le Liban », a récemment déclaré le chef de l’Etat libanais, faisant les yeux doux aux talents, aux investisseurs et aux décideurs de la diaspora. Ecomnews Med s’intéresse aujourd’hui aux Libanais du monde !

Le Brésil a déçu pendant la Coupe du Monde de Football qui a fait vibrer les aficionados du ballon rond. Les premiers déçus ? Les Brésiliens, mais aussi les Libanais.

Il faut dire que le pays de la Samba accueille un peu plus de 6 millions de « ressortissants » libanais, soit la moitié de la diaspora, caracolant en tête de liste des pays d’accueil des Libanais du monde. Sur le podium, on retrouve les Etats-Unis (2 millions) puis l’Argentine (plus d’un million). Le Venezuela, la Colombie, le Mexique, l’Australie, le Canada, la France et l’Arabie Saoudite complètent le top 10.

D’ailleurs, il est imprudent de les qualifier de ressortissants, dans la mesure où la majorité des membres de la diaspora, descendants des 3e et 4e générations, ne possèdent pas la nationalité libanaise. Au total, ce sont quelque 13 millions de personnes d’origine libanaise qui résident donc dans 70 pays du monde.

Ce chiffre est à mettre en perspective avec le nombre de Libanais résidant au Liban : environ 6 millions. Cette tendance est loin d’être nouvelle : au lendemain de la guerre de 14-18, les Libanais du monde étaient déjà aussi nombreux que les nationaux.

8 milliards de dollars de transferts, soit 17% du PIB

Les fonds envoyés aux familles restées au Liban constituent un véritable poumon économique. On estime que les transferts de la diaspora ont avoisiné les 8 milliards de dollars en 2017, soit 17% du PIB, avec une belle part en provenance des Libanais qui résident dans les pays du Golfe.

Ce constat rejoint les observations de Chogig Kasparian, professeur à l’université Saint-Joseph de Beyrouth et coordinatrice de l’étude « L’impact des transferts des émigrés sur le niveau de vie des ménages » de l’Observatoire universitaire de la réalité socio-économique financée par le Femise. Extrait :

« L’immigration libanaise est constituée généralement de médecins, d’ingénieurs, d’informaticiens. Si historiquement, la France a accueilli beaucoup de Libanais pour des raisons de proximité culturelle, ils sont aujourd’hui attirés par les pays du Golfe. Les femmes qui auparavant suivaient leurs maris sont devenues indépendantes. Nous constatons ainsi des migrations autonomes de Libanaises qui partent faire carrière à Dubaï ».

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *