Qui est Noureddine Bedoui, le ministre algérien de l’Intérieur ?
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 1 août 2018 Dernière mise à jour le Mercredi 1 Août 2018 à 12:30

Prévues en 2019, les élections présidentielles en Algérie approchent à grands pas. Et s’il y a un homme qui devrait jouer un rôle important dans le déroulement de ce scrutin, c’est bien Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales. Très apprécié des médias locaux, il est un maillon essentiel du gouvernement d’Ahmed Ouyahia. Portrait d’un ministre proche du clan Bouteflika !

Noureddine Bedoui est né en 1959 à Aïn Taya dans la wilaya d’Alger. Ce diplômé de l’ENA est promu ministre pour la première fois en 2013, alors qu’il n’avait pas encore célébré son 54e anniversaire.

Mais avant d’accéder à la fonction ministérielle, Noureddine Bedoui avait déjà une solide expérience dans la gestion des postes et tâches administratifs, en commençant par son poste de Magistrat à la cour des comptes. Auditeur, ensuite assistant, l’actuel ministre de l’intérieur a, par la suite, été sous-directeur de la réglementation à la wilaya d’Alger, avant de devenir directeur de l’administration à Tizi ouzou et Annaba, et, par la suite, Chef de Daïra à Bologhine (Alger) et Ain Touila  (Khenchla).

Le 11 septembre 2013, il accède à la tête du ministère de l’Enseignement et de la Formation professionnels, après ses fonctions de Secrétaire Général de la wilaya d’Oran et de Wali des wilayas de Sidi-Bel-Abbès, Bordj Bouarreridj, Sétif et Constantine. Depuis le 14 mai 2015, il est nommé ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Sellal IV.

Pur produit de la technocratie algérienne

Noureddine Bedoui est qualifié d’homme modeste et clairvoyant. Il s’est construit cette réputation grâce à la qualité de son travail et aux succès qu’il a enregistrés tout au long de sa carrière. Fin technocrate doublé d’un pédagogue, il garde également un œil sur les questions en relation avec l’éducation, et plaide par ailleurs pour l’émergence d’une « société civile structurée ».

L’actuel ministre de l’Intérieur est l’un des rares à son poste à être présent sur tous les fronts, même concernant des questions qui sortent de son périmètre. Chouchouté par les médias qui ne tarissent pas d’éloge à son encontre, il est souvent sollicité sur des questions d’actualité.

Proche de la famille Bouteflika, c’est un « Ministre Geek », toujours présent sur les réseaux sociaux. Il a notamment promis l’entrée en vigueur du vote électronique en Algérie à l’horizon 2022. Tout prête à croire donc qu’il aura son mot à dire lors sera de la présidentielle à venir.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique de l’Algérie :

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *