Un fonds de 30 M $ consacré à la défense des startups israéliennes
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #ISRAEL
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 3 août 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 3 Août 2018 à 08:25

Israël, « terre promise des startups ». Un surnom que l’Etat hébreu honore chaque jour un peu plus. Il faut dire que le pays a mis en place, en quelques décennies, un écosystème économique parmi les performants au monde. Aujourd’hui, Israël souhaite mieux défendre ses startups face aux mastodontes étrangers.

Israël consacre annuellement 4,5 % de sa richesse nationale à la recherche et au développement. Le pays compte aujourd’hui plus de 6 000 startups et 350 multinationales dont Apple, Google, Samsung et Orange qui y ont implanté des centres de recherche à la pointe de la technologie.

Un chiffre qui place l’Etat hébreu à la première place mondiale en ce qui concerne le nombre de jeunes pousses par habitant (une startup pour 1 500 habitants). Pour protéger ces entreprises, notamment en matière de litiges de propriété intellectuelle, le cabinet d’avocats américain Kobre & Kim implanté à Tel Aviv et le cabinet mondial de financement de contentieux Bentham IMF ont mis en place un fonds conjoint de 30 M $.

Défendre les startups israéliennes contre les grandes entreprises étrangères

Les opérateurs israéliens affichent un portefeuille client essentiellement composé de firmes étrangères, étant donnée la relative petite taille du marché local. Pour se développer, ces entreprises ont besoin de nouer des partenariats avec d’autres structures plus importantes, ce qui nécessite la révélation de leurs procédés de production et une partie de leur secret professionnel.

Cette contrainte génère de nombreux problèmes sur le plan juridique. Lancé mardi dernier à Tel Aviv, le fonds de contentieux mis en place permettra d’assister les jeunes pousses israéliennes à mener des batailles juridiques à l’étranger. « Lorsque les Israéliens ont des différends juridiques aux États-Unis, notamment en matière de propriété intellectuelle, c’est à ce moment-là que nous intervenons », a souligné M. Rosen, avocat chez Kobre & Kim.

Un fonds pour couvrir des procédures judiciaires coûteuses

Ce fonds a donc été créé pour fournir des ressources financières destinées à couvrir les procédures judiciaires les plus couteuses, moyennant une commission lorsque la litige connait un dénouement favorable. Il devrait « permettre aux entreprises israéliennes de rivaliser sur un pied d’égalité, même lorsqu’elles sont confrontées aux plus grandes entreprises internationales dans ce qui serait autrement un litige d’un coût prohibitif », se réjouit M. Rosen.

Le cabinet Kobre & Kim a déjà travaillé avec de nombreuses entreprises dans le cadre des litiges relatifs aux domaines de la virtualisation informatique, de l’apprentissage automatique et de la vision par ordinateur en vue de les protéger face aux structures multinationales ayant utilisé leurs procédés sans autorisation.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique d’Israël :

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *