Projet de Loi de Finances 2019 : le social à l’honneur
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 7 septembre 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 7 Septembre 2018 à 11:06

Face à un taux de chômage grandissant et des contestations sociales plus audibles, le gouvernement algérien opte pour un Projet de Loi de Finances tourné vers le social.

A moins d’une année des élections présidentielles, le bilan social du président Bouteflika reste mitigé. Avec un taux de chômage qui grimpe et une nouvelle politique de retraite pour le moins controversée, les contestations sont de plus audibles. C’est dans ce contexte que le gouvernement propose un Projet de Loi de Finances 2019 aux accents sociaux. Le point avec Ecomnews Med !

Un PLF sur mesure pour plus d’équilibre social

Après l’entrée en vigueur de la loi de finance 2018, l’équipe du premier ministre Ahmed Ouyahia se penche déjà sur le Projet de Loi de Finance 2019 qui doit être finalisé d’ici le mois de septembre. Selon les premières indiscrétions, le gouvernement devrait accorder la priorité aux grands défis sociaux du pays afin d’atténuer la grogne populaire qui s’accentue depuis déjà quelques.

Parmi les grands chantiers qui seront mis en avant dans le PLF 2019, on retrouve le parachèvement des projets de logement grâce à un important rallongement budgétaire, mais aussi une nouvelle politique de l’emploi pour réduire le chômage des jeunes, la révision de la solidarité nationale pour mieux redistribuer les richesses et désamorcer les risques d’embrasement du front social, etc.

Outre ces mesures sociales spécifiques, le nouveau projet de loi prévoit également une politique économique plus flexible, avec de nouvelles concessions en faveur des acteurs du social. On s’attend même à l’arrêt de la politique d’austérité en vigueur depuis 2014. Selon nos confrères du site Observalgerie.com, « aucune mesure impopulaire n’est contenue dans ce texte ».

Une loi des finances « généreuse » pour mieux préparer les élections prochaines ?

En attendant septembre, le texte devra être examiné en conseil interministériel restreint, pour ensuite être soumis aux ministres lors du Conseil du gouvernement pour être enfin débattu et adopté en Conseil des ministres présidé par le Président de la république.

Pour beaucoup, ce projet socialement « généreux » vient préparer l’opinion publique algérienne à un éventuel cinquième mandat du président sortant Abdelaziz Bouteflika, chaleureusement plébiscité par le FLN.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *