Foire de Damas : le rendez-vous politico-économique de l’année
#Actualite #Agenda #CultureSport #Decideurs #Economie #Politique #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
lundi 17 septembre 2018 Dernière mise à jour le Lundi 17 Septembre 2018 à 07:37

Dans un pays ravagé par la guerre, la 60e édition de la Foire de Damas se déroule actuellement pour célébrer l’économie, la culture et l’industrie syriennes.

Sept années de conflit ont mis l’économie syrienne dans un gouffre sans précédent. En juillet 2017, la Banque Mondiale estimait les pertes causées par la guerre à 226 milliards de dollars, soit près de quatre fois le PIB du pays avant la crise. Dans la situation actuelle de « retour à la normale », comme la qualifie le gouvernement de Bachar Al Assad, la reprise de la Foire de Damas se veut un symbole fort. Ecomnews revient sur cet évènement phare de la reconstruction du pays.

1 700 entreprises venues des quatre coins du monde

Lancée en 1954, la Foire de Damas était un rendez-vous incontournable des acteurs économiques opérant en Syrie et dans la sous-région. Après cinq ans d’absence à cause de la crise, l’évènement a rouvert ses portes en 2017 pour sa 59e édition, qui s’est déroulée dans une atmosphère relativement calme. L’édition de cette année constitue le symbole de la reprise économique et celui de la reconstruction d’un pays ravagé par la guerre depuis 2011.

L’événement tant attendu s’est étalé sur 10 jours (du 6 au 15 septembre) et s’est démarqué déjà par l’importance du nombre de pays participants. En effet, 48 pays arabes et étrangers ont officiellement pris part à l’évènement via leurs ambassades, dont la Palestine, la Russie, l’Indonésie, l’Afrique du sud, l’Inde, la Chine, le Brésil…

De plus, 25 pays y ont indirectement pris part via des entreprises, comme l’Italie, les Émirats arabes unis, l’Égypte, le Maroc, la Tunisie, l’Allemagne, la France ou encore le Japon. Pas moins de 1 700 entreprises syriennes et étrangères ont participé à l’événement.

La Foire Internationale de Damas est une manifestation économique et culturelle d’envergure qui a gagné en notoriété sur le plan international en tant que véritable vitrine du savoir-faire industriel et culturel du monde arabe et, en particulier, de la Syrie.

Plus qu’une foire, le symbole de la reprise économique et industrielle

Lors du 4e jour de la Foire, Imad Khamis, président du Conseil des Ministres syrien, a rencontré les représentants des entreprises ainsi que des hommes d’affaires participant à l’évènement pour faire le point sur son déroulement, recenser les failles et les points à améliorer pour l’édition suivante. Il a profité de l’occasion pour soulever avec ses invités les difficultés liées au financement, à l’imposition et au fret lors de l’acheminement des produits, des marchandises et des matières premières de la Syrie vers les pays partenaires.

Il faut rappeler que le gouvernement syrien reste boycotté par de nombreux pays occidentaux, une situation qui rend difficile les transactions commerciales à l’échelle internationale.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *