Liban : Le secteur privé obtient le gel de la taxe forfaitaire
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Sami Bouzid
mardi 18 septembre 2018 Dernière mise à jour le Mardi 18 Septembre 2018 à 09:22

D’après une information relayée par l’Orient le jour, la taxe forfaitaire que certaines entreprises et entrepreneurs enregistrés sur le sol libanais devaient payer avant la fin du mois a été gelée par décision du président Michel Aoun.

 

« Les conditions économiques sont difficiles » C’est sur cet argument que se base cette décision prise après une série de consultations. En effet, de nombreuses entreprises et entrepreneurs concernées ont fait pression sur le gouvernement pour le report de l’entrée en vigueur de cette taxe. Après des entretiens avec son Premier ministre, Saad Hariri,  le ministre sortant des Finances, Ali Hassan Khalil et le président de la commission parlementaire des Finances et du Budget, le député Ibrahim Kanaan, le président a reporté l’application de cette taxe.

La taxe forfaitaire a été imaginée en 2000 et amendée plusieurs fois sans jamais être mise en application. Elle devait permettre au contribuable de récupérer ,selon des estimations, près de 100 millions de dollars. Une manne financière indispensable pour un pays dont la déficit public caracole à 1,9 milliard de dollars (chiffre du mois d’avril).

Mais son impopularité aura eu raison d’elle du moins jusqu’en 2020 selon l’organisation patronale Organismes économiques. Cette dernière a été fer de lance de la bataille pour aménagement de cet impôt.

Selon ces derniers, le ministère des Finances s’est également engagé à mettre en œuvre rapidement un projet de loi d’urgence pour décaler du 20 octobre au 31 décembre la date limite de la période d’application des exonérations de pénalités de retard de paiement des impôts.

Pour rappel le Liban est engagé dans un processus de reconstruction économique soutenu par plusieurs Etats et organisations internationales. Le pays a obtenu la promesse de différents bailleurs internationaux pour des projets structurants à hauteur de 11 milliards de dollars. Beyrouth s’est engagé à plusieurs réformes en contre partie.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique au Liban :

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *