La place de la Femme algérienne dans l’emploi
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 21 septembre 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 21 Septembre 2018 à 13:36

Le 15 septembre dernier s’est tenu un colloque sur le thème de la « Participation politique et socioéconomique des femmes dans les pays nord-africains » à Zéralda. Organisé par le RCD, ce colloque a compté sur la participation de nombreuses spécialistes et militantes féministes venant de la plupart du Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc, Mauritanie).

 

Un colloque sur la participation de la femme au niveau politique et socioéconomique s’est tenu à Zéralda. De nombreuses disparités ont été pointées du doigt.

Cette journée s’est déroulée autour de 4 axes principaux :

  • les cadres juridiques nationaux et les conventions internationales ;
  • la participation des femmes à la vie politique : entre textes réglementaires et réalités du terrain ;
  • la femme dans l’espace public ;
  • la participation des femmes à la vie socioéconomique : faible représentation dans les centres de décision et harcèlement moral et sexuel.

Concernant ce dernier point, la sociologue Dalila Iamarene Djerbal est intervenue afin de mettre en exergue les nombreuses inégalités rencontrées par les femmes dans le monde professionnel, mais aussi de contrecarrer certaines idées reçues, à commencer par celle selon laquelle beaucoup de femmes algériennes travailleraient, et jouiraient de facilités à obtenir un poste.

En effet, contrairement aux préjugés, les femmes ne représentent que 18% de la population qui travaille, et doivent de surcroit faire face à de multiples difficultés, notamment le harcèlement qui fait souvent partie de leur quotidien.

Malgré cela, des efforts sont déployés ces dernières années pour la scolarisation et la diplomation des femmes, de manière à ce qu’elles puissent mieux défendre leurs droits. La sociologue a également fait état de la dévalorisation subie par les étudiantes des filières techniques ou scientifiques qui se retrouvent cantonnées à des postes administratifs ou de bureau.

Le chômage touche de plein fouet la femme algérienne

Par ailleurs, le chômage est également un point particulièrement sensible, notamment pour les femmes algériennes. Si « le taux de chômage global est de 10% pour les hommes, il est de 20% pour les femmes », s’exclame Dalila Iamarene Djerbal.

Plus inquiétant : « Les hommes diplômés sont à 11% au chômage, tandis que les femmes diplômées sont à 55% ». Selon l’Office National des Statistiques (ONS), l’Algérie compte 11 millions de travailleurs, dont 9 millions d’hommes et deux millions de femmes. En Algérie : 18,2% de travailleurs sont des femmes, contre 28% au Maroc et 35% en Tunisie.

L’ONS a dévoilé néanmoins des chiffres encourageants. Le taux de chômage en Algérie a atteint 11,1% en avril 2018, contre 11,7% en septembre 2017, soit une baisse de 0,6 point.

Mais derrière cela, plusieurs points inquiétants persistent : 6 chômeurs sur 10 sont en recherche depuis plus d’un an, près de 80% d’entre eux se disent prêts à accepter un poste inférieur à leur aptitude ou mal rémunéré. En ce qui concerne la gente féminine, 16,6% des femmes seulement ont un emploi contre 66,7% des hommes. Enfin, peu de femmes osent entreprendre une activité de gérante.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique de l’Algérie :

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *