Le FCE en faveur d’un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
lundi 1 octobre 2018 Dernière mise à jour le Lundi 1 Octobre 2018 à 12:47

À quelques encablures de la présidentielle 2019 en Algérie, plusieurs partis politiques et organisations nationales commencent à officialiser leur soutien à un 5e mandat du président sortant, Abdelaziz Bouteflika. Dernier soutien en date, le Forum des chefs d’entreprise (FCE). Le point à moins de 7 mois des élections prévues en avril ou mai 2019.

Alors que l’état de santé du président alimente les débats depuis l’accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013 qui a affecté sa mobilité et son élocution, les soutiens en faveur d’un 5e mandat d’Abdelaziz Bouteflika sont bien là.

Le dernier en date vient des chefs d’entreprise réunis au sein du FCE qui ont appelé le président sortant à se présenter. La position de l’organisation patronale a été rendue publique le 5 septembre 2018, à l’issue de la réunion de son Conseil exécutif.

Dans une déclaration faite à nos confrères du quotidien électronique algérien TSA, Mohamed Bairi, vice-président du FCE, a apporté des précisions sur la position de l’organisation : « une lecture du bilan du président de la république a été faite. Ses réalisations pour l’entreprise algérienne ont été listées. Après, les membres du Conseil exécutif ont spontanément dit que nous ne pouvons que soutenir la candidature du président pour un 5e mandat ».

Ainsi, comme à la veille de la présidentielle de 2014, le FCE appelle à la continuité du pouvoir en place, en soulignant via communiqué « son adhésion pleine et entière » au message du président de la république lors de la journée nationale des martyrs, le 20 août dernier.

Un choix pour « l’émancipation et le développement de l’entreprise »

Le FCE a exposé un certain nombre d’arguments pour légitimer son choix en faveur d’un nouveau mandant Bouteflika. Les acquis du secteur privé dans un pays historiquement « dirigiste » ont émis mis en exergue par les patrons d’entreprise. « Le président Haddad nous a listé les réalisations de Son Excellence, Monsieur le Président de la République pour l’entreprise. Il y a une évolution extraordinaire », s’est enthousiasmé M. Baïri, suite au bilan dressé lors de la réunion du Conseil exécutif.

L’homme d’affaires a par ailleurs souligné que l’appel à la continuité de l’organisation s’inscrivait dans une démarche d’émancipation et de développement de l’entreprise algérienne.

Pour le moment, le flou est toujours entretenu autour de la candidature du président sortant, dans la mesure où il n’a pas encore annoncé publiquement son intention de se présenter à sa propre succession.

Pour en savoir plus, découvrez nos vidéos sur l’actualité économique de l’Algérie :

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *