Où en la Tunisie dans la relance de son économie ?
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 26 octobre 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 26 Octobre 2018 à 08:46

La dépression du dinar depuis 2016 continue de peser sur le tissu économique tunisien : hausse des prix de certains produits de première nécessité (le lait et l’œuf notamment), chute de la réserve de devise à cause d’une balance commerciale déficitaire, etc. Dans une récente interview accordée au site financier Central Banking, le gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie a dressé un portrait des réels défis économiques du pays et a proposé ses solutions.

En dépit de la morosité économique de l’après-révolution et du bourbier libyen, les réserves de devises sont restées relativement stables en Tunisie jusqu’en 2017. Selon les rapports de Moody’s, les réserves ont fluctués entre 6 et 8 milliards de dollars sur cette période.

Aujourd’hui, les réserves sont chiffrées à environ 4,2 milliards de dollars, soit une chute d’environ 45%, ne couvrant désormais que 70 jours des importations du pays. Une situation inquiétante sur laquelle est longuement revenu M. Marouane El Bassi, gouverneur de la BCT, à l’occasion d’une interview accordée récemment au site d’information financière Central Banking.

M. El Bassi a insisté sur la préservation des avoirs tunisiens en devises de sorte à pouvoir couvrir les besoins de l’économie en importations essentielles. Il a ensuite nuancé l’importance des chiffres à ce stade, dans la mesure où son pays est en transition dans tous les domaines.

Pour le gouverneur de la BCT, il faut plutôt se focaliser sur « la mise en œuvre des politiques économiques adéquates et l’amélioration des fondamentaux de l’économie réelle ».

Les bailleurs de fonds internationaux mobilisés pour appuyer la relance économique

Le gouverneur de la BCT s’est également montré optimiste et confiant quant à la perspective d’une véritable relance économique à moyen terme. Pour stabiliser le taux de change et préserver les réserves en devises, il préconise un travail de fond pour appuyer l’exportation du textile, une consolidation de la reprise du secteur touristique et des campagnes de sensibilisation pour inciter les Tunisiens résidant à l’étranger à multiplier les transferts de fonds vers la Tunisie.

Pour rappel, depuis la fin de la crise, les bailleurs de fonds internationaux comme le FMI, la Banque Mondiale, la Banque Africaine de Développement ou encore la Banque Européenne d’Investissement sont au chevet du pays pour l’accompagner dans son processus de redressement économique.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.