Nouveau record de l’endettement public au Liban, désormais estimé à 83,7 milliards de dollars
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 31 octobre 2018 Dernière mise à jour le Mercredi 31 Octobre 2018 à 15:30

Sans gouvernement officiel depuis les élections législatives de mai 2018, le Liban peine à concrétiser ses reformes économiques. Et pour ne rien arranger, l’endettement public a augmenté de 5,2% sur une période de 8 mois, pour s’établir désormais à 83,7 milliards de dollars. Un triste record…

La Banque Byblos a rendu public son dernier rapport sur la situation économique et la dette publique au Liban. On apprend que l’endettement public se situe à 48,3 milliards de dollars (à fin aout), soit une baisse de 1,6% depuis fin 2017. Cependant, c’est l’endettement libellé en devise étrangère qui a connu la plus forte hausse (+16,3%), atteignant les 35,4 milliards de dollars.

Sur les 83,7 milliards de dollars de dette publique, 40,3% sont détenus par les banques du secteur privé (-3,1%). Elles détiennent également 37% de la dette publique libellée en devise locale, contre 48,4% pour la Banque Centrale Libanaise (BCL).

La dette publique a drastiquement augmenté alors que le pays n’arrive pas à relancer la croissance économique. Une aide internationale de 11 milliards de dollars a été décidée lors de la conférence CEDRE à Paris en avril 2018, mais l’octroi des fonds par les pays et organisations donateurs est lié à la mise en place d’un gouvernement et au déploiement des réformes économiques selon la feuille de route présentée lors de la conférence.

Les investisseurs considèrent de plus en plus les risques

D’après les observations de plusieurs institutions internationales dont le FMI et la Banque Mondiale, la situation est telle que l’endettement public lié au ralentissement de l’économie libanaise ne permet aucun écart.

Les taux d’intérêts des bons du trésor libanais en livre libanaise ont atteint 6,28% contre 6,73% en devise étrangère, témoignant ainsi de la forte aversion au risque des investisseurs lorsqu’il s’agit d’un pays en proie à une instabilité politique chronique.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *