Maroc : les objectifs du pétrolier espagnol Cepsa
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #VieDesEntreprises #MAROC
Diallo Anna
vendredi 2 novembre 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 2 Novembre 2018 à 09:27

La multinationale espagnole, Cepsa espère développer son activité dans l’ensemble du royaume Marocain. Elle annonce l’ouverture d’une centaine de points de vente d’ici 2023 afin d’atteindre une part de marché d’au moins 15% au moyen terme.

Avec des stations-service déjà situées dans le sud du Maroc, Cepsa a axé sa présence dans le royaume « sur la commercialisation du pétrole brut au port d’Agadir ».

En effet le pétrolier espagnol possède 35% de la société Petrosud, et dispose à travers elle d’une capacité de stockage de 10 000 m³ ainsi que d’une licence d’exploitation de dix stations-service au Maroc. Aujourd’hui la multinationale espagnole souhaite se développer dans le reste du pays.

Cette volonté s’inscrit dans le cadre de sa politique de « développement commercial proactif dans les marchés en croissance », particulièrement dans des régions comme l’Afrique du Nord et l’Amérique Latine.

Comme précisé dans un document publié sur son site internet, Cepas voit « le Maroc comme étant un marché d’expansion privilégié en raison de sa proximité avec [ses] raffineries situées sur la côte sud espagnole, [de] la demande croissante de produits pétroliers dans le pays, ainsi que [de] son déficit structurel en matière de produits pétroliers ».

Sa principale ambition, pour son développement dans le royaume :  « développer une activité intégrée en aval dans le nord du Maroc, en commençant par l’acquisition d’actifs dans le commerce de détail, le BtoB et le stockage ».

Par la suite l’entreprise espère une croissance organique avec l’ouverture de 30 stations-service d’ici 2020, et d’une centaine d’ici 2023. L’objectif est d’obtenir une part de marché d’au moins 15% à moyen terme.

En prévision de ce projet de développement Cepsa a créé en juillet 2018 une joint-venture avec un partenaire local :

« Notre part du capital prévu pour ce projet est comprise entre 55 à 70 millions d’euros »

Le financement du projet se fera en deux phases :

  • la première phase se financera avec les flux de trésorerie opérationnel,
  • et la seconde phase elle se financera selon les performances de la joint-venture et de son profil financier

Pour rappel la législation Marocaine concernant les licences d’exploitation d’hydrocarbures dans le royaume exige d’exploiter 10 points de vente et au moins 2 000 m³  de stockage pour une licence provisoire ; et 30 points de vente pendant 3 ans pour une licence définitive.

L’hebdomadaire TELQUEL nous informe qu’en juin 2018 le ministère des énergies et des mines avait lancé un appel à manifestation aux entreprises souhaitant bénéficier de nouvelles licences de distributeurs d’hydrocarbures dans le royaume.

Selon Mohamed Souleimani, le directeur des Hydrocarbures au ministère de l’Énergie et des Mines : « Neuf promoteurs se sont vus délivrer des accords de principe ».

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *