Tourisme : des recettes en baisse au Maroc ?
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Economie #Emploi #EmploiFormation #Entreprises #MAROC
Rédaction Ecomnews Med
mardi 6 novembre 2018 Dernière mise à jour le Mardi 6 Novembre 2018 à 10:51

Après une année 2017 record en matière de recettes touristiques, le Maroc devrait connaître une légère baisse cette année, à cause d’un été moins abouti.

Au cours du premier semestre de l’année, le secteur touristique marocain a connu une croissance proche de 10% en matière d’arrivées et de recettes en devises. La période estivale n’a pourtant pas tenu ses promesses, hypothéquant ainsi les chances du Royaume de battre le record réalisé la saison écoulée.

Le bond estival promis n’a finalement pas eu lieu

Alors que tous les voyants étaient au vert pour une année touristique exceptionnelle au regard des chiffres enregistrés entre janvier et juin, cette saison estivale marquée par la baisse des arrivées ne rassure pas la profession quant à l’atteinte de son objectif de recettes record en 2018, à fortiori lorsque l’on sait que la météo a été particulièrement favorable.

En effet, selon les derniers chiffres préliminaires publiés par l’Office des Changes, les mois d’août et septembre ont généré moins de recettes par rapport à la même période de la saison précédente. L’écart entre le cumul janvier-septembre de 2017 (environ 5 milliards d’euros) et les 9 premiers mois de 2018 (environ 4,9 milliards d’euros) est estimé à un peu moins de 53 millions d’euros, soit une baisse de 1,1%.

En 2017, le Maroc a réalisé environ 6,3 milliards d’euros de recettes touristiques. En 2018, la profession visait les 7 milliards d’euros. Une mission quasi-impossible alors qu’il ne reste que 2 mois pour boucler l’année. Mais pour Said Mouhid, président de l’Observatoire national du tourisme, « l’espoir est permis » !

L’objectif de 7 milliards d’euros sur la saison complète resterait toujours d’actualité

Dans une interview accordée à nos confrères de Médias24, Said Mouhid s’est montré (très) optimiste pour la fin de la saison. « Les mois d’octobre et novembre constituent une période de fort tourisme d’affaires et de congrès, très rémunérateur ; mais aussi des vacances de la Toussaint et autres ».

Notons également que les fêtes de fin d’année garantissent à des villes comme Marrakech et Agadir des arrivées massives chaque année, avec à la clé de nombreux people qui concourent à la promotion de la destination « Maroc », traditionnellement estivale.

Concernant l’objectif de 7 milliards d’euros, M. Mouhid explique que « l’évolution normale des recettes en devises a été impactée par la baisse des arrivées des MRE (marocains résidents à l’étranger) en juin et par l’effet Coupe du monde ». La mission semble sérieusement compromise, mais le Maroc devrait limiter les pertes d’ici la fin de l’année.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.