Israël : Netanyahu à l’abri d’une menace d'élections anticipées pour le moment
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #ISRAEL
Rédaction Ecomnews Med
mardi 20 novembre 2018 Dernière mise à jour le Mardi 20 Novembre 2018 à 10:37

Benjamin Netanyahu a obtenu un sursis à la menace d’élections anticipées en Israël après que Naftali Bennett, ministre de l’Éducation, eut annoncé qu’il ne démissionnerait pas et ne briserait pas le gouvernement de coalition. Ce dernier devait annoncer sa démission lors d’une conférence de presse tenue lundi matin. Mais à la surprise générale, il a plutôt déclaré que son parti Habayit Hayehudi (le Foyer juif), allait donner une autre chance au Premier ministre.

Lors d’une conférence de presse organisée au Knesset israélien, le chef du parti HaBayit HaYehudi a vivement critiqué la politique de défense du gouvernement, mais a indiqué qu’il soutiendra le Premier ministre Benjamin Netanyahu au poste de ministre de la Défense, pour trouver une solution à la « profonde crise sécuritaire » que traverse Israël.

Le gouvernement israélien s’est retrouvé fragilisé depuis la démission d’Avigdor Lieberman, ministre de la Défense, le 14 novembre, au lendemain d’un accord indirectement conclu par Israël avec les groupes palestiniens sur un cessez-le-feu dans la bande de Gaza.

Naftali Bennett aspirait à être nommé ministre de la Défense, mais devant le refus de Netanyahu, il n’excluait pas, lui et la ministre de la Justice Ayelet Shaked, tous deux du parti d’extrême droite Habayit Hayehudi, la possibilité de démissionner du gouvernement israélien. S’ils étaient partis, ils auraient dépouillé Netanyahu de sa majorité parlementaire et déclenché des élections anticipées, probablement au début de l’année prochaine.

Lors d’une conférence de presse organisée le 18 novembre, Netanyahu a appelé ses partenaires de la coalition à ne pas dissoudre le gouvernement. « Nous nous trouvons dans une situation particulièrement complexe sur le plan de la sécurité », a-t-il déclaré. Et d’ajouter que « Dans ces moments, on ne renverse pas un gouvernement. C’est irresponsable. Nous avons encore une année entière avant les élections. »

Une manœuvre pour mettre la pression

Uri Ariel, ministre de l’Agriculture et membre de Habayit Hayehudi, a affirmé à la radio de l’armée, quelque peu avant la déclaration de Bennett, que ce dernier et Shaked devraient annoncer leur démission. Néanmoins, des sources dans Habayit Hayehudi ont expliqué que la déclaration télévisée vise seulement à mettre la pression sur Netanyahu pour qu’il accepte d’attribuer le portefeuille de la Défense à Bennett. Le suspens aura duré jusqu’au dernier moment !

Après l’annonce de Bennett, Netanyahu s’est adressé à la Commission parlementaire de la Défense et des Affaires étrangères, en affirmant qu’Israël était « prêt à faire face à ces défis sécuritaires ».

Rappelons qu’Avigdor Lieberman, ministre de la Défense, avait quitté le gouvernement israélien pour protester contre la décision de Netanyahu d’accepter une trêve avec le Hamas.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *