Mohammed VI-B : le Maroc tient son deuxième satellite
#Actualite #AideAuxEntreprises #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #MAROC
Rédaction Ecomnews Med
lundi 3 décembre 2018 Dernière mise à jour le Lundi 3 Décembre 2018 à 09:25

Un an après la mise en orbite de son premier satellite d’observation de la Terre, Mohammed VI-A, le Maroc dispose désormais d’un second satellite dans l’espace. Le lancement a réalisé avec succès le mardi 20 novembre 2018 depuis la Guyane française. Le point avec Ecomnews Med !

Dans la nuit du 20 au 21 novembre, depuis le célèbre site de lancement de Kourou, en Guyane française, a été lancé et mis en orbite avec succès le deuxième satellite marocain.

Environ 55 minutes après le décollage avec le lanceur Vega, la séparation du satellite a effectivement eu lieu dans les délais prévus. Dans un communiqué mis en ligne en marge de l’événement, Arianespace a détaillé les missions de ce second satellite qui servira essentiellement « aux activités cartographiques et cadastrales, à l’aménagement du territoire et au suivi des activités agricoles ».

Il devra également aider à prévenir et gérer les catastrophes naturelles tout en permettant de surveiller les évolutions environnementales, la désertification ainsi que le littoral.

Les deux dispositifs spatiaux, issus d’une collaboration franco-marocaine, travailleront de façon complémentaire pour permettre au royaume chérifien d’étendre sa zone de surveillance et d’optimiser sa sécurité intérieure avec une meilleure capacité d’observation de ses frontières.

Un projet gigantesque pour faire face à des problèmes environnementaux et sécuritaires

Le Maroc devient ainsi le troisième Etat africain à disposer d’un « arsenal » de surveillance après l’Afrique du Sud et l’Egypte. Il faut rappeler que le contrat de construction de ces satellites a été signé en avril 2013 à l’occasion d’une visite de l’ancien président français, François Hollande, à Rabat.

Le projet, qui a coûté 500 millions d’euros, devrait épauler le royaume dans sa lutte contre l’immigration clandestine, les changements climatiques et les menaces djihadistes en provenance du Sahel.

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *