Liberté économique dans le monde arabe : le Liban 6e en 2018
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Rédaction Ecomnews Med
jeudi 20 décembre 2018 Dernière mise à jour le Jeudi 20 Décembre 2018 à 11:19

Le rapport 2018 de l’institut Fraser place le Liban à la 6e place en matière de libertés économiques sur 22 pays arabes concernés. Le pays du Cèdre perd ainsi une place par rapport à l’édition 2017 de cet index. En effet, l’année dernière, le Liban avait occupé la 5e position sur 16 pays de la région Moyen-Orient Afrique du Nord (MENA).

En 2018, le pays du Cèdre obtient un score global de 7,3 points sur 10, une note supérieure à la moyenne régionale (6,5 points) et identique à celle obtenue par le sultanat d’Oman et la Palestine. Le Bahreïn et les Emirats Arabes Unis, avec 8 points chacun, et la Jordanie, avec 7,4, sont, une fois de plus, les pays les plus libres sur le plan économique du monde arabe. L’Algérie (5,3 points), la Syrie (4,4 points) et la Libye (4,3 points) occupent respectivement les trois dernières places du classement.

Depuis 2011, le pays du Cèdre oscille entre le 4e et le 7e rang dans l’indice de la Liberté économique dans le monde arabe réalisé par l’institut Fraser. Cet indice évalue le degré auquel les politiques publiques et les institutions appuient la liberté économique. Il est calculé sur la base de 45 variables, réparties en des sous-catégories qui incluent, entre autres, le système légal et les droits de propriété, la taille des institutions gouvernementales, l’accès aux financements, la liberté de commerce ainsi que la régulation du crédit, du travail et du monde des affaires.

Le classement du Liban par sous-catégories de l’index

Le rapport 2018 de l’institut Fraser s’étale également sur les sous catégories constituant l’indice de la Liberté économique. En ce qui concerne l’accès au financement. Le Liban obtient ainsi une note de 9,4 sur 10, ce qui le place à la 10e place régionale.

Le pays obtient également une note de 8,9 points sur 10, le plaçant à la 2e place régionale pour la taille de son secteur public. Il occupe par ailleurs la 8e place régionale pour la régulation du crédit, du travail et du monde des affaires avec une note de 7,1 points sur 10.

En matière de liberté du commerce et d’investissement à l’étranger, le Liban obtient une note de 5,9 points (13e régional) et 5,1 points pour le sous-indicateur sur le système légal et les droits de propriété (14e régional).

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *