Algérie : Les présidentielles auront bien lieu en avril 2019 selon le quotidien El-Moudjahid
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 21 décembre 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 21 Décembre 2018 à 10:05

A quelques encablures de la prochaine élection présidentielle, l’Algérie retient son souffle. Des rumeurs faisant état d’un possible report du scrutin prévu pour avril 2019 ont été démenties dans un article du quotidien gouvernemental El-Moudjahid. On y apprend également la forte probabilité que l’actuel président, Abdelaziz Bouteflika, brigue un 5e mandat.

Après plus d’une semaine de rumeurs et de polémique autour d’un éventuel report de la présidentielle de 2019, le quotidien gouvernemental El-Moudjahid a tenu à clarifier la situation dans son édito du jeudi 13 décembre 2018. Le scrutin de 2019 aura lieu, comme convenu, en avril prochain.

L’idée avait été proposée par Abderrazak Makri, président du parti islamiste « Mouvement de la société pour la paix » (MSP) au vu de l’état de santé fragile d’Abdelaziz Bouteflika.

La rumeur s’était alors répandue comme une trainée de poudre avant qu’El-Moudjahid n’apporte un démenti formel en assurant que « le respect des échéances électorales » faisait partie du « socle des valeurs démocratiques ». Par conséquent, la date initiale du scrutin sera maintenue.

Sur un ton particulièrement virulent, le quotidien s’est indigné des déclarations et écrits sur l’ajournement du scrutin qu’il a qualifiés de « spéculations », de « stratégies de la confusion » et de « médiocre marketing ».

Vers un 5e mandat pour Bouteflika

Pour conclure, El-Moudjahid « pense » que le président sortant « pourrait » être candidat à sa propre succession pour un 5e mandat. Si l’actuel chef de l’État ne s’est pas encore prononcé sur cette éventualité, c’est « sans doute parce qu’il estime qu’il en est encore trop tôt ».

Mais, ce n’est pas pour autant qu’il il a omis « le prochain rendez-vous électoral, estimant, à juste titre, qu’il s’agit de faire en sorte que la souveraineté du peuple algérien soit respectée », peut-on lire sur l’édito.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *