Le Maroc, premier bénéficiaire des financements de l’AFD dans le monde
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #MAROC
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 21 décembre 2018 Dernière mise à jour le Vendredi 21 Décembre 2018 à 10:06

La coordination entre le Maroc et l’Agence Française de Développement (AFD) est en constante augmentation. En effet, Pascal Collange, directeur du département Afrique au sein de l’AFD, a déclaré jeudi dernier que le royaume chérifien sera le premier pays à bénéficier d’un financement, à hauteur de 2,9 milliards d’euros.

S’exprimant devant une délégation de journalistes marocains présents en France dans le cadre du programme « Villes durables : organisation des collectivités locales », Pascal Collange a exprimé la ferme volonté de l’AFD d’accompagner la politique économique du Maroc en consolidant les dispositifs de contact et de communication dans tous les domaines, tout en renforçant les capacités techniques du pays pour concrétiser ses projets de développement les plus ambitieux.

« Notre relation avec le Maroc revêt une importance exceptionnelle et la coopération qui nous unit augmente de plus en plus grâce à la confiance mutuelle et au savoir-faire des deux parties », s’est-il réjoui, avant de saluer la politique économique du royaume en Afrique et son retour à l’Union Africaine, qu’il a qualifié de victoire pour l’avenir du continent. 

Les engagements de l’AFD au Maroc devraient atteindre les 400 millions d’euros par an

En 2017, l’AFD avait alloué 431 millions d’euros au Maroc pour financer ses projets socio-économiques. À en croire les déclarations du directeur de l’AFD, cette nouvelle subvention dont Rabat a bénéficié le 15 octobre dernier vise à dynamiser la croissance du pays, renforcer le capital humain, améliorer l’attractivité des territoires et faire reculer les disparités sociales.

Elle entend aussi appuyer les transitions énergétiques et écologiques entamées par le Maroc pour lutter contre le changement climatique, mais aussi pour alléger sa dépendance à l’importation des hydrocarbures. Notons enfin que dans un entretien accordé à nos confrères du quotidien économique marocain L’Economiste, Rémy Rioux, le directeur général de l’AFD, avait promis d’augmenter ses engagements au Maroc afin qu’ils se stabilisent à environ 400 millions d’euros par an.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *