Algérie : La Loi de Finances 2019 signée par le président Bouteflika
#Actualite #AnalyseEconomique #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #ALGERIE
Diallo Anna
vendredi 11 janvier 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 11 Janvier 2019 à 08:28

Après avoir été adoptée le 15 novembre par les députés, la Loi de Finances 2019 a été validée et signée par le président Abdelaziz Bouteflika.

Cette signature intervient dans un contexte de légère amélioration des recettes pétrolières et surtout à l’approche de l’élection présidentielle autour de laquelle demeure le mystère d’une candidature éventuelle du président de 81 ans.

Abdelaziz Bouteflika a signé le dernier budget de son 4ème mandat entouré de son gouvernement et des présidents des deux chambres du Parlement.

Deux mesures fortes sont à souligner dans la loi : le maintien, à un haut niveau, des dépenses sociales et l’absence de nouvelles taxes. Pour ce qui est des recettes, elles seront quasi identiques à 2018, c’est-à-dire à 48,3 milliards d’euros, dont 20 milliards d’euros de “fiscalité pétrolière”.

Le déficit budgétaire est en baisse de 3,9% par rapport à 2017, ayant été estimé à 15 milliards d’euros, soit 10% du PIB.

Le budget 2019, réalisé sur une base du prix du baril de pétrole à 50$, s’inscrit dans la ligne politique d’apaisement social souhaité par le gouvernement.

Les dépenses de fonctionnement et de l’action sociale de l’État devraient s’organiser comme suit :

    • 131 milliards d’euros alloués au soutien aux familles
    • 85 milliards d’euros pour les retraites
    • 99 milliards d’euros à la politique de santé public
    • 103 milliards d’euros pour l’habitat

Le budget pour l’équipement quand à lui est en légère baisse, mais cela « ne correspond pas à un recul de la politique publique d’investissement, mais elle découle notamment d’une baisse de près de 300 milliards de dinars des crédits consacrés l’année dernière à l’assainissement des créances détenues sur l’Etat », indique le communiqué du Conseil de ministre.

La Loi table aussi sur :

  • une croissance à 2,9%,
  • une inflation à 4,5%,
  • la poursuites de la fonte des réserves de change qui était à 170 milliards d’euros en 2014 avant la chute du brute… et est estimé à 54 milliards d’euros pour 2019.

Les Algériens ont été informés de la signature de la Loi de Finances 2019 par la télévision qui a diffusé les images du président Bouteflika, qui ne s’exprime plus en public depuis longtemps.

Au pouvoir depuis 20 ans, la question est de savoir si le chef d’État de 81 ans sera candidat à sa succession le 27 avril prochain.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *