L’Algérie a-t-elle refoulé une cargaison de blé argentin ?
#Economie #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
lundi 14 janvier 2019 Dernière mise à jour le Lundi 14 Janvier 2019 à 08:55

La cargaison de blé argentin avarié, qui était destinée à l’Algérie, n’a pas été refoulée à son arrivée au pays. La transaction a été bien annulée en Argentine.


Désintox : la vérité sur le refoulement par l’Algérie d’une cargaison de blé argentin

Finalement, et contrairement à ce qu’a rapporté l’agence Reuters, reprise par de nombreux médias algériens et français, la cargaison de blé argentin avarié, qui était destinée à l’Algérie, n’a pas été refoulée à son arrivée au pays. La transaction a été annulée en Argentine et le navire de charge qui devait transporter le blé vers l’Algérie, n’a, en réalité, jamais quitté les eaux argentines vers sa destination prévue. Les détails.

Le 2e cas enregistré en 15 ans

Après avoir contrôlé la qualité de la cargaison de blé, SGS, multinationale spécialisée dans le contrôle, la vérification, l’analyse et la certification, mandatée par l’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales (OAIC), s’est aperçue que plusieurs lots de blé argentin étaient non conformes au cahier des charges. SGS a donc refusé de délivrer les certificats au profit du fournisseur argentin et en a aussitôt les autorités algériennes. Ces dernières ont, par conséquent, procédé, le 3 janvier, à l’annulation de cette commande de 30 000 tonnes et au blocage du payement qui devait s’effectuer par lettre de crédit.

Ce cas de refus de marchandise par les autorités algériennes est le deuxième en 15 ans. Le premier s’étant produit en 2010, lorsque la société de contrôle de qualité, mandatée par l’OAIC, avait constaté qu’une cargaison destinée à l’Algérie présentait un certain nombre d’anomalies, notamment un taux élevé de grains cassés. La transaction a été aussitôt annulée. Aucune source ne précise l’origine de cette cargaison défectueuse, mais il convient de noter qu’en 2010, l’Algérie a importé du blé essentiellement de France, du Canada, du  Mexique, d’Allemagne, de Grande Bretagne et des Etats-Unis.

L’Algérie, 3e importateur de céréales dans le monde

Par ailleurs, en 2017, l’Algérie a importé 8,4 millions de tonnes de céréales, pour un montant de 1,7 milliard de dollars, contre 9,1 millions de tonnes en 2016, soit une baisse de 5,12%, selon Mohamed Belabdi, directeur général de l’OAIC. Ce dernier a déclaré que son pays ambitionne d’atteindre son autosuffisance en blé dur à l’horizon 2020, mais qu’en revanche, les importations de blé tendre se poursuivront, compte tenu des conditions climatiques inadéquates pour ce type de blé.

Le pays, qui compte une population de plus de 41 millions d’habitants, importe chaque année près de 60% de ses besoins en céréales, estimés à environ 8 millions de tonnes/an. La carte mondiale 2017-2018 des importateurs/exportateurs de blé, du cabinet américain AgroChart, positionne l’Algérie au 3e rang mondial, derrière l’Egypte (1er) et l’Indonésie (2e).

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *