Congrès Nidaa Tounes : furieux, HCE dénonce !
#Actualite #Decideurs #Politique #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 16 janvier 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 16 Janvier 2019 à 13:45

Hafedh Caïd Essebsi n’a pas été tendre avec plusieurs acteurs de la scène politique tunisienne à l’approche du premier congrès électif de Nidaa Tounes.

Hafedh Caïd Essebsi règle ses comptes lors des préparatifs du congrès de Nidaa Tounes

Ce dimanche 6 janvier 2019, Nidaa Tounes s’est réuni à Sousse pour évoquer l’organisation d’un premier congrès électif les 2 et 3 mars prochains.

Lors de la conférence des commissions régionales du parti, le président du comité politique, Hafedh Caïd Essebsi, s’est laissé aller à quelques règlements de comptes. Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, le mouvement Ennahdha et  les dissidents de son parti n’ont pas été épargnés.

HCE dénonce une volonté d’affaiblir et de disperser Nidaa Tounes avant les prochaines élections

La dernière réunion publique de Nidaa Tounes a été mouvementée. Dans une vidéo circulant sur le net, on voit Hafedh Caïd Essebsi, directeur exécutif du parti, quitter la salle en pleine conférence, pendant une intervention du président de la commission des élections Ridha Charfeddine.

Avant cette scène inédite, HCE en avait visiblement gros sur le cœur, et il n’a pas hésité à le fait savoir lors de son intervention en marge du congrès des commissions régionales pour la préparation du congrès électif.

Il s’en est pris, ouvertement, au chef du gouvernement, aux « frondeurs » qui ont quitté son parti et au mouvement Ennahdha, les accusant de vouloir affaiblir Nidaa Tounes dans la perspective des prochaines élections. « Ils ont quitté Nidaa en fanfare, pour former des partis et des fronts de zéro virgule », a-t-il déclaré.

Il soutient également que c’est le parti Ennahdha qui se cache derrière le projet politique de Youssef Chahed, « dont l’unique objectif est d’affaiblir Nidaa Tounes et d’ouvrir les portes à Ennahdha pour remporter les prochaines élections haut la main ». HCE est également revenu sur le retrait « définitif » de la scène politique de Boujemâa Remili, ancien dirigeant de Nidaa Tounes, qu’il impute également à une « manipulation d’Ennahdha ».

HCE pessimiste quant à l’organisation d’élections libres et transparentes

Le directeur exécutif de Nidaa Tounes est également convaincu que si l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections (ISIE) n’arrive pas à fonctionner correctement, c’est parce qu’elle est actuellement sous la mainmise du mouvement islamiste.

Et « dans l’état actuel des choses, il est impossible de tenir des élections libres et transparentes », a-t-il prévenu.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *