Et si l’Égypte devenait la 7ème puissance économique en 2030 ?
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Economie #Institutions #EGYPTE
Diallo Anna
vendredi 18 janvier 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 18 Janvier 2019 à 09:08

Selon Standard Chartered Bank, en 2030 l’Égypte occuperait la 7ème position dans le palmarès des 10 puissances économiques mondiales.

C’est le 8 janvier que la banque britannique a révélé les résultats de leurs prédictions à long terme, estimant que l’Égypte distancera la Russie, le Japon et l’Allemagne d’ici 2030, atteignant ainsi le 7ème rang des puissances économiques mondiales.

Pour la même période, Standard Chartered Bank prédit aussi l’entrée dans ce classement de 7 autre pays dit “émergents”, ainsi que la perte, pour les États-Unis, de la première place du palmarès, remplacé par la Chine dès 2020.

En observant l’évolution du niveau des prix et du PIB, la banque estime que seulement dix an après avoir perdu sa place de numéro un économique, le pays de l’Oncle Sam sera rattrapé par l’Inde qui se placera en 2030 à la deuxième place du podium.

En février 2017 le rapport “The world in 2050” de PwC (PricewaterhouseCooper) estimait que l’Inde ne détrônerait les États-Unis qu’en 2040, mais selon Standard Chartered Bank, pendant que la croissance de la Chine est au ralenti, celle de l’Inde ne fera que s’accélérer pour être autour de 7,8% par an dès 2020.

Standard Chartered Bank juge qu’à l’horizon 2030 le palmarès des 10 plus grandes puissances économiques mondiales s’organisera comme suit :

  1. Chine
  2. Inde
  3. États-Unis
  4. Indonésie
  5. Turquie
  6. Brésil
  7. Égypte
  8. Russie
  9. Japon
  10. Allemagne

« Nos prévisions de croissance à long terme reposent sur un principe fondamental : la part des pays dans le PIB mondial devrait finalement converger avec leur proportion dans la population mondiale, grâce à la convergence du PIB par habitant entre les économies avancées et les économies émergentes », ont indiqué les économistes de la banque britannique.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *