Tunisie  : Le déficit commercial s’est accru de +22,2% en 2018. Quelles en sont les raisons ?
#AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Emploi #EmploiFormation #Entreprises #VieDesEntreprises #TUNISIE
Denys Bédarride
vendredi 25 janvier 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 25 Janvier 2019 à 09:38

Selon l’INS, le déficit commercial de la Tunisie sur l’année 2018 a progressé de +22,2% en glissement annuel. Ainsi, il s’élevait à 19 milliards de TND (6,1 milliards d’€ ) sur l’année 2018, soit 17,94% du PIB1, contre 15,6 milliards de TND (5,7 milliards d’€) en 2017, soit 16,13% du PIB.

Selon l’INS, le déficit commercial de la Tunisie sur l’année 2018 a progressé de +22,2% en glissement annuel. Ainsi, il s’élevait à 19 milliards de TND (6,1 milliards d’€ ) sur l’année 2018, soit 17,94% du PIB1, contre 15,6 milliards de TND (5,7 milliards d’€) en 2017, soit 16,13% du PIB.

La hausse des exportations en valeur (+19,1% en 2018 en glissement annuel à 41 milliards de TND) est légèrement inférieure à celle des importations en valeur (+20,0% à 60 milliards de TND).

Ces variations sont liées principalement à un effet-prix : les exportations en volume (prix constants, base 2010) n’ont progressé que de +3% en 2018 (+4,2% en 2017) et les importations en volme ont augmenté encore plus faiblement (+1,3% en 2018 après +2,8% un an auparavant).

Pour rappel, le taux de change annuel moyen EUR/TND en 2018 s’est déprécié de 14,81% par rapport à celui de 2017. Contrairement au régime général, en 2018 les exportations du régime offshore ont augmenté moins vite (+16,1%) que les imports (+22,3%).

En outre, les exportations du régime offshore ont progressé moins vite en 2018 que l’année précédente (+19,83). L’une des explications pourrait être que les entreprises étaient moins incitées en 2018 à exporter via le régime offshore en Tunisie, compte tenu des réformes fiscales mise en œuvre.

Sur le plan sectoriel :

  1.  Les exportations en valeur des secteurs de l’agriculture et des industries agroalimentaires ont progressé encore plus fortement (+45,2% en 2018, après +20,9% en 2017) et représentaient en 2018 13,2% des exportations totales (contre 10,8% un an auparavant). Cette bonne performance a permis de compenser le ralentissement de la croissance des exportations des industries électriques (+9,5% en 2018, après +23,7% en 2017), qui représente le secteur exportateur tunisien le plus important avec 27,2% des exportations totales en 2018.
  1. La progression des importations totales s’explique principalement par la hausse des importations énergétiques (+39,9% en 2018). Les importations hors énergie en volume ont même diminué de -0,9% sur l’année 2018. En conséquence, le déficit énergétique, qui s’élevait à 6,2 milliards de TND en 2018 (contre 4 milliards de TND en 2017), représente désormais 32,4% du déficit de la balance commerciale.

Sur le plan bilatéral, le déficit commercial de la Tunisie en valeur est lié principalement aux échanges avec la Chine (-5,4 milliards de TND en 2018 contre -4,4 milliards de TND en 2017), l’Italie (- 2,9 milliards de TND en 2018 contre -2,1 milliards de TND en 2017), la Turquie (-2,3 milliards de TND en 2018 contre -1,9 milliard de TND en 2017), l’Algérie (-1,5 milliard de TND en 2018 contre -0,7 milliard de TND en 2017) et la Russie (-1,4 milliard de TND en 2018 contre -1,1 milliard TND en 2017).

A contrario, la Tunisie enregistre un excédent commercial vis-à-vis de la France (+3,5 milliards de TND en 2018 contre +3 milliardsTND en 2017), de la Libye (+1,2 milliard de TND en 2018 contre +0,9 milliard de TND en 2017) et du Maroc (+0,3 milliard de TND en 2018 contre un déficit de -0,2 milliard de TND en 2017).

Source : Ambassade de France en Tunisie

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *