Algérie : Mustapha Guitoun veut de nouveaux membres dans l’Opep
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Institutions #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
mardi 29 janvier 2019 Dernière mise à jour le Mardi 29 Janvier 2019 à 11:33

A l’occasion d’une récente visite dans la wilaya de Bouira, le ministre algérien de l’Energie, Mustapha Guitoun, a émis le souhait de voir une Opep plus élargie.

Energie : Mustapha Guitoun milite pour une Opep élargie

Ministre de l’Énergie, Mustapha Guitouni est également vice-président de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) depuis le 1er janvier 2019.

En visite dans la wilaya de Bouira le 13 janvier, il a profité de l’occasion pour évoquer plusieurs points incluant une réforme de l’Opep avec l’introduction de nouveaux pays membres.

Une sortie perçue par beaucoup comme une réponse implicite aux déclarations de l’homme politique saoudien, Khaled al-Faleh, 24h plus tôt. Le point avec Ecomnews Med.

L’Algérie souhaite avant tout s’affirmer sur le marché pétrolier international

La veille de la visite de Guitoun à Bouira, Khaled al-Faleh, PDG de la très puissante compagnie nationale saoudienne d’hydrocarbures (Saudi Aramco), avait minimisé la gravité de la chute des cours du brut, indiquant qu’il n’était « pas urgent » d’organiser une session extraordinaire de l’Opep « avant avril prochain ».

Le ministre algérien de l’Energie n’a pas tardé à réagir à cette déclaration, plaidant pour sa part pour « le renfoncement des prérogatives » de l’Opep dans l’optique d’affirmer, selon lui, « sa place et ses positions » sur le marché pétrolier international.

Faisant ensuite référence à la déclaration de son homologue saoudien, il a expliqué que l’Opep restait « l’endroit idéal » où l’on peut évoquer les prix du pétrole et sa production, insistant sur l’importance d’une réforme avec, entre autres, « l’introduction de nouveaux pays membres ».

Pour M. Guitoun, l’Opep a fait ses preuves, mais il faut la renforcer pour mieux peser. Alors que les relations entre l’Algérie et l’Arabie Saoudite, deux pays phares de cette organisation, alternent le chaud et le froid, ces déclarations risquent de raviver certaines tensions géopolitiques.

Mustapha Guitoun prévoit des prix stables pour les hydrocarbures en 2019

Invité à se prononcer sur l’évolution des prix des hydrocarbures, l’homme politique algérien a prédit une certaine stabilité pour 2019, où le baril coûtera vraisemblablement « entre 65 et 70 dollars ».

En ce qui concerne les réserves de pétrole en Algérie, le ministre s’est appuyé sur le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), expliquant qu’Alger disposait de 6 000 milliards de barils de pétrole, 24 000 milliards de gaz de schiste et 10 000 milliards de gaz naturel conventionnel.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *