La Tunisie importe environ 150 000 tonnes de blé et d’orge
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #TUNISIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 6 février 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 6 Février 2019 à 09:00

La Tunisie importe des céréales ! Après avoir lancé un appel d’offres clos le mercredi 23 janvier 2019, l’Office National des Céréales (ONC) a acheté environ 100 000 tonnes de blé tendre et 50 000 tonnes d’orge fourragère. Les commandes seront livrées d’ici fin mars 2019.

C’est le site économique « Business Recorder » qui a relayé l’information sur cette opération commerciale qui a quelque peu dépassé les besoins formulés dans l’appel d’offre de l’ONC. En effet, la Tunisie a bouclé une commande d’environ 150 000 tonnes de blé et d’orge. Pour le moment, rien n’a filtré sur le nombre ou la nationalité des fournisseurs On en sait néanmoins un peu plus sur le budget de l’opération.

En effet, quatre cargaisons de 25 000 tonnes chacune livreront le blé commandé au prix de 269,22 dollars et 260,22 dollars la tonne coût et fret (t/c&f), auprès de la Dreyfus, 259,25 dollars (t/c&f), auprès de Lecureur et 260,11 dollars (t/c&f) auprès de Olam.

L’orge fourragère sera livrée sur deux cargaisons Glencore de 25 000 tonnes chacune également, pour 254,69 dollars et 246,29 dollars (t/c&f). Les livraisons sont attendues du 15 février au 25 mars (blé) et du 25 février au 25 mars 2019 (orge), selon les origines sélectionnées.

La Tunisie : un grand producteur devenu importateur

La Tunisie, qui a longtemps été un grand producteur de céréales, importe aujourd’hui 40% de ses besoins en blé dur, 85% en blé tendre et 50% en orge fourragère, a indiqué le directeur de l’approvisionnement à l’ONC, Abdessattar Fehri. Le déficit pluviométrique reste la principale cause de la chute de la production de céréales en Tunisie, notamment dans les zones de production céréalière du nord et du centre.

A cela s’ajoutent la hausse des températures ainsi que la dégradation de la qualité des terres et des intrants selon l’institut tunisien des études stratégiques (ITES). Ce concours de circonstance a fait passer Tunis du statut de grand producteur à celui d’importateur structurel des céréales.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *