Forum économique mondial de Davos : le retour remarqué de l’Egypte
#Actualite #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #EGYPTE
Rédaction Ecomnews Med
jeudi 7 février 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 7 Février 2019 à 08:58

Comme chaque année, le Forum économique mondial s’est tenu du 22 au 25 janvier à Davos, la célèbre station de ski suisse. Ce congrès a vu le retour de l’Egypte après 5 ans d’absence afin de communiquer sur ses réformes sociales et économiques et faire les yeux doux aux investisseurs et touristes étrangers.

Soucieuse d’améliorer l’image du Caire auprès de la communauté internationale, la délégation égyptienne, conduite par le Premier ministre Mustapha Madbouli, a déclaré que les investissements étrangers directs (IED) dans le pays des Pharaons passeront de 7,7 milliards de dollars en 2017-2018 à 8,2 milliards en 2018-2019. Cette performance devrait permettre au gouvernement actuel d’atteindre le taux de croissance visé dans l’exercice 2018-2019, soit 6,5%.

Le forum a également été l’occasion pour M. Madbouli de superviser la signature d’un accord entre la société de gestion Lazard, groupe franco-américain de conseil financier et de gestion d’actifs, et la Ministre de l’Investissement Sahar Nasr. Cette dernière a précisé que l’accord visait à faire profiter son pays de l’expertise internationale en matière de promotion des IED. Le groupe Lazard a remporté l’appel d’offres émis par le gouvernement égyptien plus tôt dans l’année.

Promouvoir le modèle économique égyptien : une priorité absolue

En marge du forum, Mme Nasr a souligné que l’objectif principal de la délégation égyptienne à Davos était de maximiser les opportunités économiques qui s’offrent aux investisseurs étrangers souhaitant s’installer dans le pays. En effet, les hauts-fonctionnaires présents sur le terrain n’ont pas manqué l’occasion de présenter les réformes législatives entreprises pour améliorer le climat des affaires et la compétitivité économique du Caire, notamment les nouvelles lois sur l’investissement, les affaires et le marché financier.

Ainsi, le ministre des Finances, Mohamad Maeit, a rencontré des dirigeants de multinationales et de banques d’investissement pour séduire de nouveaux investisseurs, tandis que la ministre du Tourisme, Rania Al-Mashat, a fait la promotion de l’Égypte en tant que destination touristique phare dans un contexte plutôt compliqué, marqué par le dernier attentat à la bombe à Gizeh. Pendant les 3 jours du congrès, la Banque mondiale a également discuté de l’octroi d’un prêt de 3 milliards de dollars au pays du Nil pour financer des projets socio-économiques, notamment dans les secteurs agricole et d’infrastructures.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *