Israël : Un ambitieux programme pour soutenir les femmes entrepreneuses
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Economie #Emploi #Entreprises #Institutions #ISRAEL
Camille Dubruelh
vendredi 15 février 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 15 Février 2019 à 11:33

L’Autorité israélienne de l’innovation veut donner un gros coup de pouce aux start-up dirigées par les femmes. Celles-ci pourront se voir accorder jusqu’à 75% du financement de la Recherche et développement de leurs entreprises.

Doubler le nombre de femmes entrepreneurs qu’elle soutient dans les deux prochaines années, c’est l’objectif de l’Autorité israélienne de l’innovation. L’agence a donc mis en place un programme pour renforcer son aide aux start-up dirigées par des femmes.

Objectif : travailler sur la réduction des inégalités hommes-femmes dans le secteur et renforcer la place des entrepreneuses, selon le communiqué de l’Autorité. “L’innovation israélienne manque en ce moment du formidable potentiel offert par les femmes entrepreneuses”, a déploré Naomi Krieger Carmy, de l’Autorité israélienne de l’innovation, citée par The Jerusalem Post.

75% du financement de la Recherche et Développement

Concrètement, explique le Times of Israël, cela signifie que des bourses de recherche et de développement seront accordés aux start-up détenues à hauteur d’au moins 33% par une femme.

Ces fonds peuvent atteindre jusqu’à 75 % du financement de la R&D de l’entreprise dans la première année du programme, 70 % du financement sur la deuxième année, avec un budget maximum de 2,5 millions de shekels (608 000 euros) pour la première année et de 4,5 millions de shekels (1,09 million d’euros) pour la seconde.

Le programme incitatif ciblant les entrepreneurs femmes est un outil qui vise à développer le potentiel pour l’innovation technologique dans toutes les parties de la société israélienne”, explique le communiqué de l’Autorité.

En plus des aides financières, un programme de soutien spécifique sera mis en place pour aider les femmes à surmonter les défis financiers et à se constituer un réseau auprès d’investisseurs potentiels.

 

Sous représentées dans le secteur des nouvelles technologies

Dans un rapport publié en 2018, l’agence avançait le chiffre de 8 % de start-ups israéliennes dirigées par des femmes. Par ailleurs, alors que 15.300 postes sont vacants actuellement dans l’industrie high-tech, celles-ci ne constituent que 30% des employés du secteur, et seulement 23% des coeurs de métiers de la branche (comme les ingénieurs développeurs) et 16% des cadres.

Le rapport suggérait alors que les femmes pourraient être deux fois plus nombreuses “sachant que les filles constituent près de la moitié des étudiants dans les filières de mathématiques avancées au lycée”.

Des femmes superqualifiées

D’autant que le secteur est porteur pour l’économie israélienne. La “start-up nation” est connue pour son nombre important d’incubateurs et accélérateurs et reste première en terme de concentration d’employés dans le secteur de la High Tech, rappelle le magazine Forbes, qui consacrait en octobre 2018 un article aux “15 femmes de la tech israélienne à suivre”.

Parmi elles, Tamar Yaniv, fondatrice et CEO de l’agence Preen.me, basée à Tel Aviv, ou encore Reem Younis, cofondatrice en 1993 d’Alpha-Oméga Ltd.

Comme beaucoup d’autres, toutes deux ont fait leurs études au Technion, qui figure parmi les 100 établissements les plus innovants du monde. Dans cet établissement, “42 % des étudiants sont des femmes, 58 % sont des hommes”, note Forbes, citant le professeur Peretz Lavie, Président du Technion.

Et si le pays dans son ensemble a encore des efforts à faire pour aider les femmes à créer des start-up, il pourra en tout cas compter sur l’impulsion de Tel Aviv.

En 2015, le classement mondial des écosystèmes de start-up l’avait placé en cinquième position des villes ayant le plus important pourcentage d’entreprises créées par des femmes.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.