Retour sur la visite du chef du gouvernement italien Giueseppe Conte au Liban
#Actualite #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #LIBAN
Sami Bouzid
vendredi 15 février 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 15 Février 2019 à 09:33

Le Premier ministre italien Giueseppe Conte s’est rendu au Liban jeudi 7 février pour sa première visite dans le pays du Cèdre et faisant suite à son voyage à Bagdad en Irak la veille.

« L’Italie est aux côtés du Liban » c‘est par ces mots que le chef du gouvernement italien s’est félicité, aux côtés de son homologue Saad Hariri, de la relation qui unit les deux pays. 

La visite de Giueseppe Conte intervient peu après la formation par le Liban d’un gouvernement après près de huit mois de blocage. « L’heure est maintenant au travail » a tenu à souligner Saad Hariri lors de la conférence de presse conjointe qu’il a donné aux côtés du responsable italien. De son côté Giueseppe Conte a souhaité « le succès au nouveau gouvernement » soulignant « la confiance » qu’il avait dans le cabinet de Saad Hariri pour mettre en place les réformes promises dans le cadre de la conférence CEDRE. 

Pour rappel, cette conférence qui s’est tenu à Paris en avril dernier a permis au Liban d’obtenir la promesse de 11 milliards de dollars de prêts et de dons en faveur du plan de relance de l’économie présenté par Saad Hariri à la communauté internationale. 

De nombreux dossiers sur la table des discussions 

Avant de donner la conférence de presse conjointe, les deux dirigeants se sont entretenus sur de nombreux sujets à commencer par la coopération sécuritaire. L’Italie participe activement à la Finul ( mission de maintien de la paix au Liban), placé sous le commandement de l’italien Stefano Del Col, et octroie régulièrement des dons à l’armée libanaise. 

Giueseppe Conte s‘est en outre dirigé dans l’après-midi du jeudi vers le sud du pays à la rencontre des soldats italiens sur place. Rappelons par ailleurs que l’Italie a accueilli les conférences dites Rome I et Rome II autour de la consolidation de l’armée et des services de sécurité du pays. 

Mais ce n’était pas le seul dossier sur la table. Réfugiés syriens, exploitation des hydrocarbures du bloc numéro 9 étaient au également au menu de la visite de Giueseppe Conte. Le premier de ces deux dossiers a été abordé lors de l’entretien avec le président Michel Aoun, le Liban souhaite un retour rapide des réfugiés dans les zones sécurisés du pays. Le second a fait l’objet d’un entretien avec le président du Parlement Nabhi Berry. Si Giueseppe Conte n’a pas fait de commentaire à ce sujet, Nabhi Berry a fait savoir que pour sa part qu’il avait évoqué le sujet « et les velléités d’Israël à empiéter sur le bloc 9 de la Zone économique exclusive (ZEE), situé au large du Liban-Sud ». 

Pour rappel , le Liban a signé en février dernier un contrat d’exploitation de cette zone avec le consortium Total-Eni-Novatek. La société Eni étant italienne, son cas a certainement fait l’objet de discussions entre les deux responsables politiques. 

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *