Moyen-Orient / Afrique du Nord : tour d'horizon de l'actualité économique
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises
Rédaction Ecomnews Med
mardi 19 février 2019 Dernière mise à jour le Mardi 19 Février 2019 à 16:01

Chaque semaine, nous passons pour vous en revue l’actualité économique au peigne fin. Découvrez le condensé de l’essentiel à retenir en région MENA.

Coup d’oeil sur l’Egypte :  

Le déficit de la balance commerciale est passé de 17,77 mds$ au cours des 5 premiers mois de 2017/2018 à 19,39 mds$ au cours des 5 premiers mois de 2018/2019. Le montant des exportations a augmenté de 4,5% et celui des importations de 7,5%. L’inflation s’établit à 12,7%
 
D’après les prévisions du Ministère des Finances, la croissance en volume du PIB passerait de 5,8% au cours de l’année fiscale 2017/2018 à 6,2% au cours de l’année fiscale 2019/2020. Le déficit public serait ramené à 7,1% au cours de l’année fiscale 2019/2020. 
 
D’après les prévisions de EFG Hermès, la croissance en volume du PIB passerait de 5,3% au cours de 2018 à 5,5% au cours de 2019. Le déficit public serait ramené de 9,7% du PIB à 8,8% du PIB. Quant à l’inflation, elle serait ramenée de 21,6% en 2018 à 13,5% en 2019. 
 
D’après la Banque Centrale, le montant des transferts d’expatriés est passé de 24,7 mds$ en 2017 à 25,5 mds$ en 2018.
 
D’après l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le nombre des touristes serait passé de 8,3 millions en 2017 à 11,3 millions en 2018, soit une augmentation supérieure à 36%. 
 

Coup d’oeil sur Israël : 

D’après les chiffres publiés par le Bureau Central des Statistiques, le salaire moyen est passé de 9 911 NIS par mois soit 2 818$ au mois de novembre 2017 à 10 325 NIS par mois soit 2 786$ au mois de novembre 2018, soit une augmentation voisine de 4,2%.
 
Le nombre des logements neufs qui ont été vendus a été ramené de 24 337 en 2017 à 21 620 en 2018. Quant au stock de logements neufs qui sont disponibles à la vente, il a été ramené de 25 936 à 25 131 dans le même temps.
 

Coup d’oeil sur la Palestine : 

L’Extended PMA Business Cycle Index (indice mensuel de la Palestine Monetary Authority qui mesure les performances de sept secteurs d’activité économique) a été ramené de -3,1 points en janvier 2018 à -7,3 points en janvier 2019.
 
Calculée en glissement annuel, l’inflation s’établissait à 0,45% à la fin du mois de janvier. 
 
Le taux de chômage est passé de 27,7% de la population active au quatrième trimestre 2017 à 29,1% de la population active au quatrième trimestre 2018. En moyenne annuelle, il est passé de 28,4% de la population active en 2017 à 30,9% de la population active en 2018. 
 

Coup d’oeil sur le Liban : 

La croissance des dépôts bancaires du secteur privé (résidents et non-résidents) a été ramenée de 3,6% en 2017 à 2,8% en 2018. Alors qu’il avait augmenté de 4,1% en 2017, l’encours des prêts au secteur privé (résidents et non-résidents) a diminué de 1% en 2018. 
 
Signe des temps, les livraisons de ciment ont diminué de 5,3% entre les onze premiers mois de 2017 et les onze premiers mois de 2018. 
 
Le taux de « dollarisation » des dépôts bancaires est passé de 68,72% à la fin décembre 2017 à 70,62% à la fin décembre 2018. C’est la première fois qu’il franchit le seuil symbolique de 70% depuis la fin du mois d’octobre 2008.
 
Le montant de la dette publique est passé de 79,53 mds$ soit 146,7% du PIB à la fin de 2017 à 85,1 mds$ soit 150,1% du PIB à la fin de 2018.
 
Le trafic « passagers » de l’Aéroport International de Beyrouth a augmenté de 1,5% entre le mois de janvier 2018 et le mois de janvier 2019.  
 
L’encours des certificats de dépôt qui sont émis par la Banque du Liban est passé de 46,99 mds$ soit 86,7% du PIB au mois de décembre 2017 à 54,76 mds$ soit 96,6% du PIB au mois de décembre 2018. 
 
Le taux moyen des dépôts en monnaie locale est passé de 5,95% au mois de décembre 2017 à 8% au mois de décembre 2018. Celui des dépôts en dollars est passé de 3,8% à 4,89% dans le même temps.
 
Le taux moyen des crédits en dollars est passé de 7,46% au mois de décembre 2017 à 8,48% au mois de décembre 2018. Celui des crédits en monnaie locale est passé de 8,10% à 9,91% dans le même temps. 
 

Coup d’oeil sur l’Iran : 

Les exportations d’hydrocarbures, pétrole brut + condensats auraient été ramenées de 2,399 millions de b/j au cours des neuf premiers mois de 2018 à 1,031 millions de b/j au cours des trois derniers mois de 2018.
 
Les importations chinoises de pétrole brut en provenance d’Iran auraient été ramenées de 621 000 b/j en 2017 à 584 000 b/j en 2018. Elles n’auraient pas dépassé 379 000 b/j au dernier trimestre de l’année 2018.
 
Les importations japonaises d’hydrocarbures (pétrole brut + condensats) auraient été ramenées de 172 200 b/j en 2017 à 127 400 b/j en 2018. Elles n’auraient pas dépassé 16 200 b/j au dernier trimestre de l’année 2018. #Japon
 
Le montant de la dette extérieure est passé de 9,885 mds$ soit 2,3% du PIB à la fin du mois de décembre 2017 à 10,034 mds$ soit 2,3% du PIB à la fin du mois de décembre 2018.
 
Le montant du déficit budgétaire est passé de 385 400 mds d’IRR soit 2,6% du PIB au cours des neuf premiers mois de 2017/2018 à 451 100 mds d’IRR soit 2,2% du PIB au cours des neuf premiers mois de 2018/2019.
 
Le montant des avoirs nets en devises de la Banque Centrale est passé de 54 mds$ à la fin du mois de décembre 2017 à 56,8 mds$ à la fin du mois de décembre 2018.
 
L’écart entre le taux de change officiel et le taux de change « parallèle » est passé de 17,6% au mois de décembre 2017 à 264,4% au mois de décembre 2018.
 
D’après l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), la production de pétrole brut a été ramenée de 3,81 millions de b/j en janvier 2018 à 2,72 millions de b/j en janvier 2019. C’est son niveau le plus bas depuis le mois de novembre 2013.
 
Les recettes dégagées par les exportations de pétrole brut sont passées de 486 200 mds IRR soit 30% des recettes budgétaires totales au mois de décembre 2017 à 724 000 mds IRR soit 38% des recettes budgétaires totales au mois de décembre 2018.
 
 

Coup d’oeil sur les pays du Golfe : 

D’après business, les Emirats Arabes Unis abritent 67 startups fintech, soit le plus grand hub de la zone Moyen Orient Afrique. Il précède la Turquie (44 startups), la Jordanie (30 startups) et le Liban (30 startups). 
 
D’après The Héritage Foundation et le WSJ, les pays du Moyen Orient les mieux placés sur le terrain de la liberté économique sont les Emirats Arabes Unis (9ème) Israel (27ème) et le Qatar (28ème). Les plus mal placés sont : Egypte (144ème) Liban (154ème) et l’Iran (155ème). 
 
D’après les données publiées par l’International Air Transport Association (IATA), la croissance du trafic « passagers » des compagnies du Moyen Orient a été ramenée de 6,9% en 2017 à 4,2% en 2018. 

 

Koweit : D’après les prévisions du FMI, la croissance en volume du PIB passerait de 1,7% en 2018 à 2,5% en 2019. L’excédent dégagé par les comptes publics passerait de 8,1% du PIB en 2017/2018 à 11,8% du PIB au cours de 2018/2019 avant d’être ramené à 4,9% du PIB en 2019/2020
 
Koweit : Le montant des avoirs extérieurs de la Banque Centrale (hors avoirs en or) est passé de 31,2 mds$ à la fin décembre 2017 à 34,7 mds$ à la fin décembre 2018. Calculée en glissement annuel, l’#inflation s’établissait à 0,44% au mois de décembre 2018.
 
Koweit : D’après la Public Authority for Civil Information, la population atteignait 4,62 millions d’habitants à la fin de l’année 2018, dont un peu plus de 30% d’autochtones.
 
Koweit : Le bénéfice dégagé par Zain, qui est l’opérateur le plus important de l’Émirat est passé de 160 millions de KWD soit 15,5% du chiffre d’affaires en 2017 à 197 millions de KWD soit 15,2% du chiffre d’affaires en 2018.
 
Oman : D’après l’étude que vient de publier Moodys Analytics, le montant de la dette publique s’établissait à 44,5% du PIB à la fin de l’année 2018. Il pourrait dépasser 60% du PIB à échéance de la fin de l’année 2021.
 
Oman : Le montant du déficit public aurait été ramené de 3,76 mds d’OMR soit 13,8% du PIB en 2017 à 2,7 mds d’OMR soit 8,6% du PIB en 2018.
 
Qatar : Le fret traité dans les ports de l’Émirat est passé de 50,6 millions de T en 2017 à 65,3 millions de T en 2018, soit une augmentation de 29,1%.
 
Qatar : Le coefficient d’occupation des hôtels a été ramené de 62% en 2017 à 59% en 2018. Le nombre des touristes a été ramené de 2,23 millions en 2017 à 1,82 million en 2018, soit une diminution de 18,4% #tourisme
 
Qatar : Le bénéfice dégagé par Ooredoo Qatar a été ramené de 2,29 mds de QAR (soit 7% du chiffre d’affaires) en 2017 à 1,79 md de QAR (soit 6% du chiffre d’affaires). La rentabilité moyenne des actifs s’est établie à 2,1% et celle des fonds propres à 6,2%.
 
Qatar : Le bénéfice dégagé par Qatar Electricity & Water Cy a été ramené de 1,639 md de QAR soit 55,7% du chiffre d’affaires en 2017 à 1,575 md de QAR soit 63,4% du CA en 2018. La rentabilité moyenne des actifs s’est établie à 9,2% et celle des fonds propres à 15,7% .

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *