L'Algérie veut retrouver sa place sur le marché du vin
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #ALGERIE
Sami Bouzid
vendredi 22 février 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 22 Février 2019 à 09:47

Lors du salon de l’Algérie à Lyon la rédaction d’Ecomnews Med a pu rencontrer Fabrice Sauteur, responsable export pour la société des Grands Crus de l’Ouest algérien, avec lequel nous sommes revenus sur les vins d’Algérie, l’histoire de ces derniers et surtout l’avenir de ces vins méconnus sur le marché international.

 

« Il y avait juste à remettre la machine en route » quand Fabrice Sauteur évoque le vin algérien , il ne peut s’empêcher de faire un rappel historique nécessaire « l’Algérie était un des plus gros producteurs de vin à l’époque ».

L’époque ? C’est celle de la colonisation, mais pas seulement car les algériens malgré les apparences sont friands de vins.

« Il y a une vraie consommation locale, une grosse part de notre production reste sur place et ça nous aide beaucoup à nous développer » . Pour remettre la machine en route, l’entreprise présente en Algérie de puis plus de dix ans a dû consentir à certains investissements «  des cuves en inox , des pressoirs pneumatiques et des systèmes de réfrigération » pour produire les vins à partir des livraisons de raisins que font les 5.000 fellah (agriculteurs en arabe) à l’entreprise.

Si les Grands Crus de l’Ouest algérien se vendent en Algérie , ils commencent également à aiguiser la curiosité du marché international

« nous sommes présents en France, au Quebec , en Belgique, aux Pays bas » souligne Fabrice Sauteur qui espère bientôt partir à l’assaut du « marché américain et chinois ».

A noter que les vins d’Algérie étaient les seuls vins venus d’Afrique lors du salon Wine Paris 2019 qui s’est déroulé du 11 au 13 février dans la capitale française.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *