Au Maroc , Danone paye fort le boycott des consommateurs
#Actualite #AideAuxEntreprises #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Politique #VieDesEntreprises #MAROC
Sami Bouzid
mardi 26 février 2019 Dernière mise à jour le Mardi 26 Février 2019 à 09:27

Dans un communiqué publié par le géant français de l’agroalimentaire, le 19 février , on apprend que les ventes du groupe au Maroc ont chuté de près de 35% suite à l’appel au boycott lancé par des consommateurs sur internet.

 

178 millions d’euros de moins sur l’année 2018. Ce chiffre est celui de la perte enregistrée par le groupe français Danone au Maroc si on en croît le communiqué du groupe pour les chiffres de l’année 2018. En effet, 2018 au Maroc a été très complexe pour Danone qui a dû faire face à un boycott inédit des consommateurs.

Lancé en avril , un mouvement sur les réseaux sociaux appelait à bouder certaines marques jugés comme responsables en partie de la « vie chère ».Ainsi, les stations de services Afriquia , l’eau Sidi Ali et Centrale Danone ( filiale marocaine du groupe) ont été pointés du doigt par les consommateurs marocains.

La tentative de réaction du groupe, avec une baisse de 10% des prix sur le lait pasteurisé et la création d’un format économique, n’aura pas changer la donne. Au total Danone enregistre un bénéfice net à 2,35 milliards d’euros, tandis que le chiffre d’affaires stagne à 24,65 milliards, avec un recul des ventes de 2,1% au quatrième trimestre 2018 plombé notamment par la chute de 35% au Maroc. Même si la situation semble s’améliorer aujourd’hui “Nous retrouvons des parts de marché dans le lait et les produits frais” au Maroc, a expliqué la directrice générale finances Cécile Cabanis lors d’une conférence téléphonique.

Danone devra encore batailler pour retrouver la confiance des consommateurs , un retour à la croissance que Cécile Cabanis espère avant «la fin de l’année”. Pour ce faire , le groupe doit regagner le cœur des consommateurs et mise sur une nouvelle stratégie de communication : la transparence.

 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *