Algérie : Qui est Ramtane Lamamra le potentiel successeur de Bouteflika ?
#Actualite #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #Economie #EnDirectDe #Institutions #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
jeudi 7 mars 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 7 Mars 2019 à 08:20

Ministre d’Etat, diplomate d’envergure et fin connaisseur de l’Afrique, Lamamra est pressenti pour succéder au président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Ramtane Lamamra est fortement pressenti pour prendre la relève du très contesté Abdelaziz Bouteflika, dans un contexte de manifestations populaires en Algérie contre un cinquième mandat du président actuel.

Grand connaisseur des dossiers africains, cela lui a valu le sobriquet de « Monsieur Afrique ». Mais qui est cet homme sur lequel repose la lourde tâche d’apaiser la situation dans le pays ?

Un parcours de diplomate international

Agé de 66 ans, Ramtane Lamamra est né le 15 juin 1952 à Amizour, en Kabylie. Major de promotion de la prestigieuse Ecole Nationale d’Administration en France, où il a été formé dans la section diplomatique, il débute sa carrière en 1976 et rejoint les rangs du ministère des Affaires étrangères algérien où il travaille à la direction Afrique, région dont il fera sa spécialité.

Il a, à cette occasion, développé une réputation de négociateur habile et redoutable, pour avoir mené des médiations réussies dans de nombreux conflits africains, notamment celui du Liberia. Ceci l’a prédisposé à occuper de nombreux postes d’ambassadeur durant sa carrière (Djibouti, Ethiopie, Etats Unis…).

Il sera par ailleurs accrédité auprès de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) et de la Commission économique de l’ONU pour l’Afrique (CEA). Il a, en outre, été nommé deux fois, en 2008 et 2013, commissaire pour la paix et la sécurité de l’Union africaine, poste qu’il a occupé jusqu’à sa nomination au poste de ministre des Affaires étrangères.

Fort d’une longue et riche expérience internationale, ce diplomate chevronné a su tisser des liens d’amitié avec nombre de dirigeants dans le monde. Sa collaboration actuelle avec António Guterres, le secrétaire général de l’ONU, et avec Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union Africaine, fait de lui un interlocuteur de premier choix.

 

Chef de la diplomatie et fidèle de Bouteflika

En 2015, Lamamra a vu ses fonctions de ministre des Affaires étrangères laminées par le président Bouteflika, qui, dans le cadre d’un remaniement ministériel, décide de retirer les affaires maghrébines et africaines et de la coopération internationale à Lamamra pour les léguer à Abdelkader Messahel. Suite à cette décision, Ramtane Lamamra dépose sa démission, mais le président la refuse.

Lamamra, jusqu’alors fidèle à Bouteflika, digère mal ce retournement de situation. Longtemps chef de la diplomatie algérienne et proche de Bouteflika, il a été définitivement remplacé par Abdelkader Messahel au poste de ministre des Affaires étrangères en mai 2017, dans le cadre d’un énième remaniement ministériel opéré par le président actuel.

Depuis son limogeage en 2017, « Monsieur Afrique » a été nommé en tant que membre du haut comité consultatif de l’ONU chargé de la médiation internationale. Il a ensuite rejoint le conseil d’administration de l’ONG International Crisis Group (ICG),  le 1er juillet 2018 à Bruxelles.

En 2019, Lamamra réintègre de nouveau le gouvernement algérien en qualité de ministre d’Etat et conseiller diplomatique du président de la république, chargé de mener la campagne présidentielle en Amérique du Nord et en Europe.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *