Algérie : retour sur les sept engagements de Bouteflika
#Actualite #Decideurs #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
mardi 12 mars 2019 Dernière mise à jour le Mardi 12 Mars 2019 à 11:43

Dans une lettre ouverte adressée aux Algériens, le président Abdelaziz Bouteflika a annoncé qu’il renonçait à se présenter à un cinquième mandat. Publié le 11 mars, ce texte constitue une nouvelle feuille de route électorale pour l’Algérie.

Abdelaziz Bouteflika a fait du retrait de sa candidature à la présidentielle le point de départ d’un vaste plan de réformes démocratiques. En réponse aux mobilisations historiques à l’encontre d’un 5ème mandat du chef de l’Etat, le message adressé au peuple algérien esquisse un processus de transition démocratique, sans pour autant l’inscrire dans un calendrier précis.

Voici le résumé des sept engagements du président :

  • “Il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en a jamais été question pour moi”. Alors que la candidature du président avait été officiellement déposée le 3 mars, le chef de l’Etat assure cette fois-ci : “Mon état de santé et mon âge ne m’assignant comme ultime devoir envers le peuple algérien que la contribution à l’assise des fondations d’une nouvelle République en tant que cadre du nouveau système algérien que nous appelons de tous nos vœux”. Le président se tourne vers les “nouvelles générations d’Algériennes et d’Algériens” pour prendre en main le destin algérien.
  • “Il n’y aura pas d’élection présidentielle le 18 avril prochain”. Dans un souci “d’apaisement”, Abdelaziz Bouteflika annonce reporter sine die la présidentielle.

Nouvelle Constitution

  • “J’ai décidé de procéder tout prochainement à des changements importants au sein du Gouvernement”. Quelques heures après la diffusion de ce texte, le président a en effet nommé Noureddine Bedoui au poste de Premier ministre en remplacement d’Ahmed Ouyahia. Ramtane Lamamra est quant à lui nommé vice Premier ministre, un poste qui n’existe pas dans la Constitution.
  • “La Conférence nationale inclusive et indépendante sera une enceinte dotée de tous les pouvoirs nécessaires à la discussion, l’élaboration et l’adoption de tous types de réformes devant constituer le socle du nouveau système”. Cette Conférence aura comme mission d’élaborer une nouvelle Constitution, qui sera ensuite soumise à un référendum populaire.

Formation d’une commission électorale

  • “L’élection présidentielle qui aura lieu dans le prolongement de la conférence nationale inclusive et indépendante sera organisée sous l’autorité exclusive d’une commission électorale nationale indépendante”. Auparavant, le ministère de l’Intérieur était chargé de l’organisation des élections.
  • “Il sera formé un Gouvernement de compétences nationales bénéficiant du soutien des composantes de la Conférence nationale”. Ce gouvernement sera nommé sur proposition du nouveau Premier ministre.
  • “Je m’engage enfin (…) à remettre les charges et les prérogatives de Président de la République au successeur que le peuple algérien aura librement élu”. Reste à savoir quand sera justement élu ce successeur…

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.