Qui sont Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra, les deux nouveaux hommes forts de l’Algérie ?
#Actualite #Decideurs #Economie #Politique #ALGERIE
Rédaction Ecomnews Med
mercredi 13 mars 2019 Dernière mise à jour le Mercredi 13 Mars 2019 à 08:00

Suite au report de l’élection présidentielle en Algérie, Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra ont été nommés par le président Bouteflika respectivement Premier ministre et « vice-Premier ministre », un poste inédit qui n’est pas défini par la constitution algérienne.

C’est par une lettre à la Nation que président Bouteflika à annoncé le 11 mars qu’il renonçait à briguer un cinquième mandat. Et le chef de l’Etat en a profité pour opérer quelques changements à la tête du pays. Noureddine Bedoui et Ramtane Lamamra ont ainsi été nommés respectivement Premier ministre et « vice-Premier ministre ».

Le report des élections à une date ultérieur et le projet, encore flou, de réforme constitutionnel a ouvert une période transitoire pour le pays. Période durant laquelle le tandem Bedoui – Lamamra constitue probablement le centre de gravité.

Noureddine Bedoui, Premier ministre

Noureddine Bedoui est né en 1959 à Aïn Taya dans la wilaya d’Alger. Ce diplômé de l’ENA est promu ministre pour la première fois en 2013, alors qu’il n’avait pas encore célébré son 54e anniversaire.

Le 11 septembre 2013, il accède à la tête du ministère de l’Enseignement et de la Formation professionnels, après ses fonctions de Secrétaire Général de la wilaya d’Oran et de Wali des wilayas de Sidi-Bel-Abbès, Bordj Bouarreridj, Sétif et Constantine. Le 14 mai 2015, il est nommé ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Sellal IV. Le 11 mars 2019, il est nommé Premier Ministre.

Noureddine Bedoui est qualifié d’homme modeste et clairvoyant. Il s’est construit cette réputation grâce à la qualité de son travail et aux succès qu’il a enregistrés tout au long de sa carrière. Ce technocrate garde également un œil sur les questions en relation avec l’éducation, et plaide par ailleurs pour l’émergence d’une « société civile structurée ».

Ramtane Lamamra, vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères

Âgé de 66 ans, Ramtane Lamamra est né le 15 juin 1952 à Amizour, en Kabylie. Major de promotion de la prestigieuse Ecole Nationale d’Administration en France, où il a été formé dans la section diplomatique, il débute sa carrière en 1976 et rejoint les rangs du ministère des Affaires étrangères algérien où il travaille à la direction Afrique, région dont il fera sa spécialité.

En 2015, Lamamra a vu ses fonctions de ministre des Affaires étrangères laminées par le président Bouteflika. Jusqu’alors fidèle à Bouteflika, il digère mal ce retournement de situation. Il est définitivement remplacé par Abdelkader Messahel au poste de ministre des Affaires étrangères en mai 2017, dans le cadre d’un énième remaniement ministériel opéré par le président actuel.

Le 11 mars, il retrouve son poste de ministre des Affaires étrangères et est nommé « vice-Premier ministre », un poste inédit dans l’administration algérienne. Selon un premier entretien accordé à RFI, son rôle sera probablement lié à la nouvelle commission électorale et indépendante (CENI), organe central de la période de transition.

Le vice-Premier ministre a conclu son entretien en qualifiant cette période transitoire comme “ le tournant le plus important depuis l’indépendance en 1962 ”.

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *