Quels sont les principaux secteurs contributeurs à la croissance de la Tunisie ?
#Actualite #AnalyseEconomique #Economie #TUNISIE
Denys Bédarride
jeudi 14 mars 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 14 Mars 2019 à 08:13

Selon l’Institut National de la Statistique (INS), le secteur des services marchands et celui de l’agriculture et de la pèche demeurent les principaux contributeurs à la croissance économique tunisienne au quatrième trimestre 2018. Selon les résultats des comptes nationaux trimestriels provenant de l’Institut national de la statistique (INS), la croissance du PIB en volume aux prix de l’année précédente a atteint +2,2% au quatrième trimestre 2018 (T4 2018), contre +2,8% au troisième trimestre 2018.

 

En analysant les contributions sectorielles à la croissance du PIB (à prix constants, base 100 en 2010), il apparait que les services marchands, même s’ils contribuent de façon moindre à la croissance qu’au T3 2018, demeurent les principaux contributeurs à la croissance économique au T4 2018 (1,24 point de pourcentage), sur une croissance globale du PIB de +2,2% contre 1,42 pp au T3 2018, sur une croissance globale du PIB de +2,7% ). 

Il s’agit essentiellement des services marchands du secteur de l’hôtellerie et de la restauration (0,26 point de pourcentage au T4 2018, contre 0,34 au T3), des transports (0,22 pp au T4 2018, contre 0,31 pp au T3) et enfin des services financiers (0,18 points de croissance au T4 2018, contre 0,25 pp au T3). 

De plus, le secteur de l’agriculture et de la pèche contribue fortement à la croissance économique au T4 2018 (0,74 pp au T4 2018, contre 0,75 pp au T3). En revanche, avec la chute de la production de pétrole brut (3,3 millions de barils au T4 2018, contre 3,7 millions de barils sur la même période de 2017), le secteur des extractions de pétrole et gaz naturel a fortement contribué au fléchissement de la croissance du PIB national au T4 2018 (-0,4 pp au T4 2018, contre +0,2 au T3).

In fine, sur l’ensemble de l’année 2018, et en dépit de ce fléchissement au dernier trimestre, la Tunisie a confirmé la reprise de l’activité économique en enregistrant une croissance de +2,5% en g.a, contre +1,9% en g.a. en 2017.

Ce rebond est principalement attribuable à une meilleure saison oléicole en 2018 (selon le Ministère de l’agriculture, la production d’olives à huile durant la campagne 2017-2018 aurait atteint 1,6 million de tonnes, contre 500 mille tonnes pour la campagne 2016-2017), qui a permis au secteur de l’agriculture et de la pêche de contribuer à raison de 0,81 pp à la croissance globale de 2018 (après +0,16 pp en 2017 et -0,78 pp en 2016). 

Le secteur des services marchands a été celui qui a contribué le plus à la croissance globale de l’année 2018 (+1,39 pp en 2018, contre +1,88 pp en 2017). Une forte contribution attribuable en partie due au secteur des services d’hôtellerie et de restauration, porté par le rebond du tourisme (+0,33 pp en 2018, contre +0,29 pp en 2017). 

En revanche, le secteur industriel, à l’exception de la branche des industries agro-alimentaires, a contribué (légèrement) négativement à la croissance (-0,04 pp pour les industries manufacturières (industries agro-alimentaires exclues) en 2018, contre +0,03 pp en 2017, et -0,09 pp pour les industries non manufacturières, contre -0,36 pp en 2017). 

Cette contribution négative est principalement imputable à la baisse de la production dans le secteur des mines, phosphates et dérivés et celui de l’extraction de pétrole et gaz naturel. 

 

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *