Maroc : Quelle est la place des femmes dans le milieu agricole ?
#Actualite #AnalyseEconomique #Economie #Emploi #Politique #MAROC
Rédaction Ecomnews Med
vendredi 15 mars 2019 Dernière mise à jour le Vendredi 15 Mars 2019 à 08:23

Alors que le monde a célébré la journée internationale de la Femme le 8 mars, le Maroc déplore toujours un patriarcat marqué dans le milieu rural. Si l’ONU a félicité le Royaume en 2017 pour les efforts consentis en faveur de l’égalité des sexes, beaucoup reste à faire dans les campagnes, où la femme reste paradoxalement le maillon fort de la production agricole.

Elles sont indispensable dans la chaîne agricole. Et pourtant, les femmes marocaines sont touchées de plein fouet par les discriminations dans ce secteur. Selon des chiffres communiqués par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et forêt, les Marocaines contribuent dans 93% des activités agricoles et para-agricoles tout au long de la chaîne de valeur, depuis la production jusqu’à la distribution.

Ces femmes travaillent essentiellement dans les milieux ruraux (71,4%), avec tout ce que cela implique en isolement, en manque d’infrastructures et surtout en précarité. La gente féminine représentait, en 2018, 40% de la main d’œuvre permanente et occasionnelle du secteur agricole. Mais cette forte présence dans le secteur cache en réalité des inégalités criantes en ce qui concerne l’accès aux terres agricoles.

Seulement 1% des femmes possèdent des terres agricoles

L’accès aux terres agricoles par les femmes reste ultra-minoritaire au Maroc. Une étude réalisée en 2018 par la FAO sur l’intégration du genre dans le secteur agricole a démontré qu’en dépit de leur forte présence dans la ruralité, seules 1% des femmes marocaines sont propriétaires d’un terrain agricole. Cette inégalité dans l’accès est aggravée par l’inégalité salariale.

En effet, les femmes sont moins bien payées que les hommes dans le secteur agricole, puisqu’elles perçoivent, en moyenne, une rémunération journalière de 100 dirhams marocains (environ 24,05 €) contre environ 150 dh en moyenne pour les travailleurs de sexe masculin. Pour la FAO, le patriarcat et le faible taux d’alphabétisation des femmes rurales expliquent à bien des égards ces inégalités.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *