Le Tchad annonce la fermeture de sa frontière avec la Libye
#AnalyseEconomique #Decideurs #Economie #Politique
Rédaction Ecomnews Med
lundi 18 mars 2019 Dernière mise à jour le Lundi 18 Mars 2019 à 08:05

Le ministre tchadien de la Sécurité Mahamat Abba Ali Salah a annoncé la fermeture de la frontière entre son pays et la Libye, théâtre de conflits avec des groupes rebelles armés et de divers trafics.

En tant que pays voisin, le Tchad se dit très préoccupé par la situation sécuritaire en Libye et souhaite ainsi protéger son territoire pour empêcher les rebelles de se servir de la frontière pour établir des bases de repli. C’est dans cette perspective que le ministre de la Sécurité tchadien, Mahamat Abba Ali Salah, a annoncé la fermeture totale de ses 1 400 km de frontière avec la Libye.

Une décision « de jure » dont l’application effective est questionnée

Lors d’une visite à Kouri Bougoudi, le 5 mars 2019, dans le nord-ouest du Tchad, le ministre de la Sécurité a annoncé la décision du gouvernement tchadien « de fermer la frontière entre le Tchad et la Libye à partir de cet instant et jusqu’à nouvel ordre ».

Selon Mahamat Abba Ali Salah, cette décision est la conséquence des « problèmes sécuritaires » qui se multiplient dans la zone et vise à « prévenir les incursions des groupes rebelles armés, quelques semaines après l’entrée d’un groupe armé au Tchad depuis la Libye, qui avait nécessité l’intervention de l’armée française ».

C’est la deuxième fois en moins de trois ans que le Tchad annonce la fermeture de sa frontière avec la Libye. En effet, début 2017, N’Djamena avait fermé cette zone avant de la rouvrir partiellement quelques mois plus tard. La récente déclaration est, pour l’heure, verbale seulement. Son efficacité « sera à prouver », selon Roland Marchal, spécialiste français des conflits dans l’Afrique subsaharienne.

Une zone poreuse, théâtre de nombreuses escarmouches

Cette zone désertique et très peu habitée est située entre le nord du Tchad et le sud libyen, où de nombreux groupes rebelles tchadiens ont établi leur base. Elle est identifiée comme une zone poreuse et théâtre de nombreux trafics, à l’instar des frontières entre le Soudan, la Libye et le Niger.

Les affrontements entre l’armée tchadienne et les groupes armés tchadiens d’autodéfense y sont récurrents. Pour rappel, fin janvier 2019, une colonne de rebelles tchadiens est entrée dans le nord-est du Tchad depuis la Libye, mais ils ont été stoppés dans leur progression par des frappes françaises.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.