Egypte-France : Comment dynamiser les relations économiques entre les deux pays ?
#Actualite #AideAuxEntreprises #AnalyseEconomique #AvisDExperts #BuzzNews #Collectivites #Decideurs #EchangesMediterraneens #Economie #Emploi #EnDirectDe #Entreprises #Institutions #Politique #VieDesEntreprises #EGYPTE
Camille Dubruelh
jeudi 21 mars 2019 Dernière mise à jour le Jeudi 21 Mars 2019 à 08:07

Le 18 mars à la CCI de Marseille, un forum Egypte-France était organisé sur le thème “Un avenir prometteur”. L’occasion d’évoquer les liens économiques entre les deux pays, et d’inciter les entreprises françaises à faire des affaires dans le pays.

Il y a le projet du Canal de Suez, la construction de 13 nouvelles villes dont la capitale administrative. L’Egypte regorge de projets colossaux, et se tient prête à faire des affaires.

C’est le message que voulait véhiculer le forum Egypte-France, organisé par la Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence et l’Association du souvenir de Ferdinand Lesseps et du canal de Suez et dont le thème était “ETI-PME-PMI : Un avenir prometteur”.

Personnalités publiques et acteurs privés s’étaient réunis ce 18 mars au Palais de la Bourse, à Marseille en France, pour aborder de nombreuses questions et faire un peu de “networking”.

Côté français, les services de l’Ambassade de France en Egypte ont présenté chiffres et analyses sur le climat des affaires en Egypte.

“C’est le moment de venir en Egypte, terre d’opportunités”, a martelé Stéphane Romatet, ambassadeur de France au Caire. Stabilité retrouvée, indicateurs économiques au vert, allégement des procédures administratives, les acteurs français en Egypte n’ont pas manqué d’arguments pour tenter d’attirer entreprises françaises et investisseurs.

Car tous l’admettent, si les relations diplomatiques et culturels sont au beau-fixe, côté économie par contre, les échanges pourraient largement s’amplifier.

“Trouver des relais locaux”

Côté Egyptien, même discours. L’objectif est clair : attirer investisseurs et hommes et femmes d’affaires français à se lancer dans l’aventure, de l’autre côté de la Méditerranée. “20% du commerce maritime mondial passe par le Canal de Suez”, a ainsi rappelé l’amiral Gabala, insistant sur la place stratégique de l’Egypte, “hub” entre l’Europe et l’Afrique.

Les chefs d’entreprises ont pour leur part détaillé leurs projets en Egypte, distillant des conseils pour faire des affaires dans le pays. “Trouver des relais locaux et travailler dans la confiance réciproque est essentiel”, a par exemple expliqué Hugues Souparis, de l’entreprise Surys. “On ne fait pas d’affaires en Egypte si on ne prend pas le temps”, a conclu Jérôme Baconin, chef de la mission économique à l’Ambassade de France au Caire.

Réagissez à cet article

Vos commentaires

Rejoignez la discussion

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *